Instant Search

Category Archives:
NEW YORK

L’exposition Punk : Chaos to Couture au MET – l’affront

Vous n’avez pas pu louper aujourd’hui les différents comptes-rendus des médias sur les personnalités présentes hier soir au gala du Metropolitan Museum of Art donné en l’honneur de l’exposition qui ouvrira ses portes dans quelques jours, Punk : Chaos to Couture.

L’idée est brillante, les stars se bousculaient au portillon, plus élégantes les unes que les autres (même si elles étaient loin d’avoir toutes joué le jeu du dress code Punk de la soirée) pour honorer le monde de la mode qui, sous le joug de Anna Wintour et Riccardo Tisci, se penche sur ce phénomène qu’est le mouvement Punk.

Résolument incontournable depuis des décennies chez certains créateurs, la mode Punk a vu le jour dans les années 70 et elle continue d’influencer la mode aujourd’hui. D’après le directeur général du MET Thomas P. Campbell, « Le mouvement Punk est un mélange de références et a été alimenté par les développements artistiques tels que le dadaisme et le postmodernisme« . Et d’après Andrew Bolton, du Costume Institute, « Depuis ses origines, le mouvement Punk a eu une influence incendiaire sur la mode. (…) Les créateurs continuent de s’approprier le vocabulaire esthétique du punk pour capturer au mieux son esprit de rébellion juvénile et sa force. »

You don’t have to miss today’s various reports on media about last night’s gala at the Metropolitan Museum of Art in honor of the exhibition which will open its doors in a few days, Punk : Chaos to Couture.

The idea is brilliant, there was a lot of famous stars, one more beautiful than the others (although some don’t have respect the Punk’s dress code for the event) to honor the world of fashion, as the eyes of Anna Wintour and Riccardo Tisci, examines this Punk’s phenomenon.

Punk is not dead ! For decades Punk is an inevitable transition for fashion designers, the Punk fashion was born in the 70’s and continues to influence fashion today. According to the CEO of MET Thomas P. Campbell,“Punk’s signature mixing of references was fueled by artistic developments such as Dada and postmodernism ». And for Andrew Bolton from the Costume Institute, “Since its origins, punk has had an incendiary influence on fashion. Although punk’s democracy stands in opposition to fashion’s autocracy, designers continue to appropriate punk’s aesthetic vocabulary to capture its youthful rebelliousness and aggressive forcefulness.

L’exposition, rendue possible grâce à la générosité du site Moda Operandi et du groupe Condé Nast, va donc retracer l’histoire de ce mouvement Punk dans la mode à travers une centaine de modèles Femmes et Hommes présentés sur 2 étages du musée. Des premiers modèles créées dans les années 70 aux plus récents, de la Haute Couture au prêt à porter, tous les symboles seront représentés tels que les épingles de sûreté ou les lames de rasoir… Sept galeries se succèdent et vont retracer les plus grandes périodes artistiques de cette époque, à l’aide de clips vidéos et bandes sons notamment.

Au total plus d’une trentaine de créateurs et marques seront ainsi mis en avant. Un seul absent et pas des moindres. Celui qu’on appelle depuis toujours « l’enfant terrible de la mode », celui qui est défini comme « punk sentimental » dans la biographie que Elisabeth Gouslan lui a consacré, n’est pas de la partie. Et pourtant les créateurs français ne sont pas en reste dans cette expo : Karl Lagerfeld, Martin Margiela (qui débuta comme assistant de ce créateur chez Hermès)…

The exhibition, which’s made possible with the generosity of the website Moda Operandi and Condé Nast publications, will therefore retraces the history of the Punk’s movement in fashion through a hundred men and women models presented on two floors of the museum. The first models created in the 70’s to the more recent, from Haute Couture to the ready to wear, all symbols will be represented such as safety pins or razor blades … Seven galleries succeed and will trace the greatest artistic periods of this time, using video clips and sound tracks.

More than thirty designers and brands will be there. One is not here and not least. He has always been called « l’enfant terrible de la mode », The one who has been defined as « emotional punk » in the biography Elisabeth Gouslan, is not in this exhibition. Yet the French creators are not left behind in this exhibition : Karl Lagerfeld, Martin Margiela …

Jean Paul Gaultier, lui, a travaillé tout au long de sa carrière sur ce mouvement Punk. Celui-là même qu’il a remis en avant pas plus tard que lors de sa collection Haute Couture du Printemps/été 2011 avec un French Cancan bougrement dépoussiéré. L’une des salles de l’exposition qui lui est actuellement dédiée au musée Kunsthal à Rotterdam porte même le nom « Punk »… Alors cette initiative du MET et de ses généreux donateurs est peut-être honorable et répond à un phénomène de mode incontournable, mais il faudrait nous expliquer pourquoi ce grand nom de la mode qu’est Monsieur Gaultier n’a pas l’honneur d’apparaitre ni dans l’exposition ni même sur le tapis rouge alors qu’il est l’un des premiers noms qui viendrait aux lèvres de férus de mode si on leur demandait d’associer le nom d’un créateur au mouvement Punk. Un élément de réponse peut-être ?!

Jean Paul Gaultier worked throughout his career on the Punk’s movement. The same one that gave forth no later than at its Haute Couture Collection Spring / Summer 2011 with a French Cancan damn dust. One of the rooms of the exhibition which is currently dedicated to him at the Kunsthal in Rotterdam even called « Punk » … So this initiative of MET and his generous donors may be honorable and responds to an essential phenomenon of fashion world, but it would explain why the big name fashion og Mr. Gaultier didn’t honor to appear in the show or on the red carpet as he is one of the first names that come from the lips of fashion-conscious if they were asked to associate the name of a creator to Punk’s movement. Part of the answer may be ?

Chicago à Broadway

Voici un post écrit depuis quelques temps, et que je n’avais pas encore partager avec vous, et j’ai eu envie de le faire en cette période de fêtes !

Lors de notre escapade à New-York il y a plus d’un an, je n’avais exigé qu’une seule chose, qui pour moi était incontournable et que nous n’avions pas fait l’année dernière : aller voir une comédie musicale à Broadway. Je ne vous cache pas que vous avez l’embarras du choix, peu importe la période de l’année où vous venez à New-York : le célèbre Mamma Mia, Mary Poppins, Le fantôme de l’Opéra, le tout nouveau Spiderman, Billy Elliot, Memphis, Sister Act, La famille Adams… il y en a pour tous les goûts et tous les âges !

Nous avons jeté notre dévolu sur Chicago,  la comédie musicale qui a inspiré un film, où les stars aiment venir se produire (Brooke Shield, Usher, Mélanie Griffith, Billy Zane…), qui a reçu des dizaines de prix, dont 2 Grammy.

Et quand nous a vu le spectacle, on comprend mieux le prestige et l’engouement que ce show suscite, et ce qui en fait l’une des meilleurs comédies musicales du monde (oui au moins) ! Si vous aimez le jazz, les ambiances cabarets, la danse et les moeurs des années 30… Vous serez comblés.

Le spectacle est punchy, les danseurs/chanteurs sont fabuleux, l’accompagnement de l’orchestre est un délice, et tout cela est merveilleusement ficelé par une intrigue fleur bleue, pendant plus de 2 heures ! Nous avons eu le grand plaisir de voir Amra Faye dans le rôle de Velma et Christie Brinkley dans le rôle de Roxy : Waouh ! Un ensemble vraiment très réussi, un monde de vices où l’on se laisse emporter, des chansons qui donnent envie de chanter et danser à leurs côtés… Oui, cette comédie musicale vous transporte, vous enchante, vous ravit et vous donne la pêche ! Je pense que vu le niveau, ça va être compliqué de retourner voir l’un de nos spectacles français…

En tout cas, si vous en avez l’occasion, un seul conseil, n’hésitez pas ! Pour ce qui est du rapport emplacement/prix, nous étions au balcon, bien placés, pour 65$ (soit environ 40€ avec le taux de change dont nous avons bénéficié à ce moment là). Plus d’infos sur le site officiel : http://www.chicagothemusical.com/

Come on Babe !

Schiaparelli et Prada s’exposent au MET

Après la touchante rétrospective dédiée à Alexander McQueen l’année dernière, deux grands noms de la mode se font face actuellement dans l’un des plus beaux musées du monde, le Metropolitan Museum of Art de New-York. Alors si vous avez la chance de passer à New-York avant le 19 août prochain, allez découvrir cette touchante conversation « impossible » entre Elsa Schiaparelli et Miuccia Prada.

Deux femmes italiennes qui ont révolutionné la mode ces 90 dernières années, en remettant en cause les normes établies, et ce malgré leurs inspirations et leur approche du vêtement très différentes. « Vu le rôle qu’ont joué le surréalisme et les autres mouvements artistiques dans les oeuvres de Schiaparelli et de Prada, il semblait normal que leurs créations et leur inventivité soient explorées au Met« , a expliqué Thomas P. Campbell, directeur du musée.

Une quinzaine de pièces de chacune des deux marques, des archives, des croquis, des modèles de collection… réunis pour une exposition à la fois visionnaire et audacieuse, de deux marques de caractère, menées par des femmes de poigne.

Profitez également de cette conversation filmée par le réalisateur australien Baz Luhrmann, avec la complicité de l’actrice Judy Davis, de Miuccia Prada et de la prêtresse de la mode Anna Wintour :

En parallèle, la maison Schiaparelli vient d’être reprise et relancée avec notamment l’ouverture d’une boutique le 1er juillet dernier place Vendôme. Une aventure qui se remet en route pour notre plus grand bonheur et qu’il faut suivre avec attention !

Ballerina Project

Né dans l’esprit du photographe Dane ShitagiBallerina Project est un concept photographique qui rassemble deux grandes passions que j’ai : New-York et la danse classique. Imaginez un peu, sortir de jolies étoiles de leurs contextes habituels, qu’elles soient pro ou en apprentissage, pour les faire évoluer dans le milieu brut et urbain des rues de New-York : Central Park, le pont de Brooklyn, les berges de l’Hudson, Coney Island, une simple rue…

Le résultat est doux, poétique et vraiment très esthétique, je ne me lasse pas de les regarder. Deux univers qui se rencontrent, qui pourraient s’entrechoquer mais qui au final se muent l’un dans l’autre pour notre plus grand ravissement ! Trêve d’explications, je pense qu’il vaut mieux vous laisser découvrir les photos avec une sélection que j’ai tenté de vous faire (elles sont toutes très belles donc ce n’est pas évident…).

Crédit Photos Ballerina Project

Je vous invite à découvrir l’ensemble de ce projet et des photos sur le site dédié : ballerinaproject.com/ et vous pourrez suivre l’actualité et les mises à jour du projet via divers réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr…). Alors, séduit(e) ?

New York depuis un iphone Vol 4

Voici le dernier volet de la série « New York depuis un iphone » , le dernier jour de nos vacances, une pointe d’émotion surgit en refermant ces 35 photos, 35 angles d’un New York différent, authentique et humain. Une série de clin d’oeil à une destination qui nous a rapprochée, construite, loin des clichés touristiques, ceci n’est finalement pas vraiment New York la vraie, mais New York la notre !

Chacune des photos présente dans cette sélection de 35 clichés a été prise avec l’application HIPSTAMATIC

Streetstyle made in USA

En partant à New York en juin dernier nous avions décidé de mettre entre parenthèse le blog, de faire une pause loin du tout-Paris. Mais nous avons été rattrapés par la passion d’écrire et de photographier. Après quelques achats mûrement réfléchis, alors que nous nous rendions dans un bar pour assister au match N.4 de la finale de la Coupe Stanley (trophée qui récompense le champion de NHL) nous avons sorti sourire ultra-bright et appareil photo pour un streetstyle total look NYkais.

Un look plus jeune pour moi qui suis habitué à porter des jeans cigarettes, chemises, qui me rappelle des souvenirs d’adolescent. Mon dressing est tout de même rempli de chemises à carreaux, glanées depuis notre premier séjour à NYC, portées version hipster ou plutôt skater, elles ne me quittent plus.

Pour ce qui est du jean, j’ai littéralement craqué chez MACY’S devant les prix alléchants des soldes LEVI’S, 25€ pour un 501. L’histoire ne dit pas avec combien je suis sorti du magasin.

Il me restait à trouver LA paire de sneakers qui finirait cette tenue, quoi de mieux qu’une paire de Nike non ? Un modèle tout en tissu avec une virgule bleue ultra léger et confortable, parfait pour avaler les kilomètres du bitume de New York.

 

Comme j’aime mettre un touche de couleur dans mes tenues, j’ai naturellement embarqué ma montre O’Clock dans mon périple. Avec son bracelet élastique et la possibilité de customiser à l’infini les couleurs, elle se mêle à merveille à tous mes looks.

Jeans : Levi’s 501

Chemise :  Buffalo David Bitton

Tee-shirt : Levi’s

Montre : O’Clock

Sneakers : Nike

Sac : Lowepro

PS: il est désormais possible de commander depuis la France sur le eshop de Macy’s … le paradis existe

Streetstyle Exclusif à New York

Voilà maintenant plusieurs mois que nous collaborons avec une marque qui mérite toute votre attention : Exclusif. Une marque française de chaussures de grande qualité.

Nous écrivons régulièrement sur le blog d’Exclusif pour notre plus grand plaisir, nous exposons nos coups de coeur et développons notre expertise shoesistique dans des domaines tels que « la chaussure pour les nuls » ou encore les « idées de looks« . Aujourd’hui je vous montre un de mes plus grands amours : la Vérone, une version revisitée de la mythique paire de Repetto que portait Gainsbourg dans ses folles années.

La nuit New Yorkaise fut propice à un shooting improvisé, devant les gardiens médusés des buildings résidentiels et les passants amusés. Cette paire, tout en cuir, est légère et confortable. Elle est parfaite pour cet été, sublime avec un chino, sans chaussettes, ou bien dans un style plus preppy avec un jean slim et une chemise à carreaux. Je vous laisse juger du résultat :

La marque Exclusif édite des chaussures depuis plus d’une décennie. Voici son histoire, que vous pouvez lire sur leur site :

Une affaire de famille
Exclusif est une marque de chaussures pour hommes et femmes qui s’épanouit dans la capitale depuis 1996.
Ce sont les créateurs de la marque, Pierre et Patricia ainsi que leurs filles, Alexandra et Laura, qui élaborent des modèles uniques et «exclusifs» à chaque saison. Chaque collection est le résultat d’un travail acharné sur les tendances du moment afin d’offrir à la clientèle Exclusif une combinaison parfaite entre élégance, mode et confort.

La fabrication avant tout
Si les chaussures Exclusif sont si confortables c’est parce que la marque est intransigeante sur chaque étape de réalisation d’un nouveau modèle de chaussure. Du choix des peausseries aux finitions rien n’échappe à Pierre et Patricia, qui dirigent l’atelier de création sans relâche.

Conseils et services de qualité
Côté boutique, la marque met l’accent sur les petits services personnalisés et le conseil au client (atelier de glaçage offert, garantie sur les chaussures…). Quand vous entrez chez Exclusif pour acheter une paire de chaussures, on vous conseille du début à la fin : choix du chaussant, explication du montage de la chaussure, rien n’est laissé au hasard pour rassurer les clients. C’est entre autres grâce à cela que l’enseigne fidélise sa clientèle depuis 15 ans.

Projets d’avenir
Aujourd’hui Exclusif possède 4 magasins en nom propre et une boutique en ligne et revendique son envie de se développer en dur au delà des frontières parisiennes. Mais la marque ne perd pas de vue son objectif premier : celui de garder cette relation de confiance et de proximité avec chaque client.

Les peausseries proviennent de tanneries françaises ou italiennes réputées et le montage des chaussures s’éxécute entre l’Italie et l’Espagne.

Je les porte depuis maintenant plus de 2 mois, aucune usure, le cuir n’a pas bougé, leur confort reste inégalé !

Chaussures EXCLUSIF, modèle « Vérone« , prix : 119 €