Instant Search

Category Archives:
HISTOIRE DE LA MODE

Les sacs de ville de Vuitton

Il y a peu nous étions conviés à une petite soirée au coeur du magasin Vuitton des Champs Elysées,  non pas pour célébrer le départ de Marc Jacobs ni l’arrivée tant attendue de Nicolas Ghesquière, mais pour accueillir un nouvel ouvrage sur les sacs de la marque : « Les sacs de ville Louis Vuitton : une histoire naturelle« . Après le Steamer en 1901, le Keepall en 1924, Vuitton a très vite saisi l’intérêt de mêler accessoires de mode et bagagerie. Le livre édité aux Editions La Martinière, est habilement amené par (historienne de la mode, auteur, professeur et commissaire d’exposition), co-écrit avec le sociologue Jean-Claude Kaufmann, la journaliste française Colombe Pringle, ou encore le critique Ian Luna, ce nouvel ouvrage  « Les sacs de ville Louis Vuitton » vient grandir les rangs des publications de la marque française dont l’aura continue d’irradier les touristes étrangers. 

 There is few days we were invited in a small evening at the heart of the store Vuitton of the Champs-Elysées, not to celebrate Marc Jacobs’s departure nor arrival so expected from Nicolas Ghesquière, but to welcome a new work on the bags of the brand. After Steamer in 1901, Keepall in 1924, Vuitton very fast seized the interest to mix fashion accessories and travel accessories. The book edited by Les Editions La Martinière, is brought by Florence Müller (fashion historian, author, professor), co-written with the sociologist Jean-Claude Kaufmann, the French journalist Colombe Pringle, or still the critic Ian Luna, this new book  » city bags Louis Vuitton  » comes to increase the rows of the publications of the French brand which the aura continues to irradiate the foreign tourists.

Chez Vuitton, il n’est pas tant question de sacs que d’une histoire de famille, de lignes d’héritiers d’un ADN fort et immortel, que des valeurs d’un blason qui se lit dans chaque couture, chaque plis, chaque attention apportée à celui qui accompagnera vos pérégrinations.

At Vuitton, it is not both question of bags and a history of family, heirs’ lines of a strong and immortal DNA, that values of a blazon which is read in every sewing, every folds, every attention brought to the one who will accompany your wanderings.

Les auteurs du livre ont fait le pari audacieux de traiter le sujet tel un ouvrage d’histoire naturelle, revenant sur les modèles iconiques mis en lumière par Patrick Gries. Ces portraits de famille apportent tant aux fans de la marque qu’aux amateurs de belles créations, un arbre généalogique qui faisait cruellement défaut à Vuitton.

Les auteurs ainsi parlent de lignées, de descendants, en nous permettant une plongée enivrante au coeur du savoir-faire français, que Vuitton ne cesse de cultiver depuis sa création en 1854.

The authors of the book made the audacious bet handle the subject such a work of natural history, returning on the iconic revealed models peer Patrick Gries. These family portraits bring so much both to the fans of the brand and to the amateurs of beautiful creations, a family tree which was sorely lacking to Vuitton.

The authors so speak about lineages, about descendants, by allowing us an intoxicating dive at the heart of the French know-how, which Vuitton stops cultivating since its creation in 1854.

Pendant la soirée nous avons longuement échangé avec Evelyne sur le travail de la couleur pour les personnalisation des sacs, telle une alchimiste elle recherche l’excellence, la couleur et le motif parfait … ses yeux brillaient de passion, son enthousiasme communicatif nous a touché profondément. Evelyne, tant investie dans son art, a décidé de travaillé 2 jours et demi pour confectionné pour l’occasion des petits pots de peinture sur lesquels elle a peint les fleurs chères à la marque …

During the party we exchanged for a long time with Evelyne about the work of the color for personalization of bags, such an alchemist she look for the excellence, the color and the perfect motive … the eyes shone with passion, her communicative enthusiasm touched us profoundly. Evelyne, so invested in her art, decided of worked 2 and a half days to create some special items … we said PASSION ! 

Une excellente idée de cadeaux pour Noel …

An excellent idea of presents for Christmas…

« Les sacs de ville Louis Vuitton : une histoire naturelle » – Editions de La Martinière – Sortie le 24 octobre 2013 – Prix : 85€

 « Les sacs de ville Louis Vuitton : une histoire naturelle » – Editions de La Martinière – Price : 85€

Ecole de mode : Le Collège LaSalle de Montréal

Nous vous avons parlé il y a quelques semaines du Festival Mode et Design pendant lequel nous avons fait beaucoup de rencontres, de découvertes… Parmi lesquelles la brillante école qu’est le Collège LaSalle, le plus grand collège bilingue en Amérique du Nord ! En plus de leur défilé pour l’évènement, nous avons eu la chance de visiter leurs locaux à l’occasion de leurs portes ouvertes annuelles.

Cette école a été fondée en 1959 par Jean-Paul Morin, un entrepreneur canadien qui décide à l’époque de procurer à la population des formations en rapport avec le marché de l’emploi. Au début avec le secrétariat, les programmes évoluent au fil des années à travers la mode, le design, l’hôtellerie, la gestion en tout genre…

En 1981, le ministère de l’Education du Québec reconnaît officiellement le Collège LaSalle comme établissement d’enseignement d’intérêt public. Et depuis 1989, cette belle école s’est implantée dans le monde entier : de la Colombie à l’Espagne en passant par le Maroc, l’Indonésie… avec plus de 10 000 étudiants à l’étranger, à travers 9 pays et plus de 60 programmes d’études qui en font une référence mondiale en éducation postsecondaire.

Donc ce fut pour nous une très belle découverte, une rencontre sincère avec cette école qui s’implique dans la scolarité de ses élèves qui viennent des quatre coins du monde pour un apprentissage vraiment spécial.

Le Collège LaSalle, la plus grande et prestigieuse école de mode au Canada, propose plusieurs formations : du design de mode (masculine, féminine, de costumes, de vêtements techniques..) à la commercialisation, en passant par la comm’ et l’apprentissage du patronnisme ou de l’illustration… il y en a pour tous les goûts, tous les profils, et tous les métiers de la mode !

Tous les détails sur leur site : www.collegelasalle.com

Le Musée du costume et du textile du Québec à Montréal

Lors de notre séjour à Montréal, nous avons découvert, au sous-sol du Marché Bonsecours depuis 2013, le Musée du costume et du textile du Québec qui s’est installé là il y a quelques mois.

Ce musée a vu le jour en 1979 dans la maison Marsil (qui lui donna donc tout d’abord ce nom), et qui fut restaurée pour l’occasion par plus de 500 bénévoles sur l’idée d’un regroupement de femmes mondaines aux maris puissants.

Rapidement, en 1987, le Musée Marsil fut accrédité par le ministère des Affaires culturelles, lui permettant ainsi de recevoir une subvention annuelle contribuant à la réalisation des expositions et activités.

During our stay in Montreal, we discovered, in the basement of the Market Bonsecours since 2013, the Museum of the costume and the textile of Quebec which settled down there a few months ago.

This museum was born in 1979 in the Marsil ‘s house, which was restored by more than 500 volunteers on the idea of a grouping of worldly women to the powerful husbands.

Quickly, in 1987, the Marsil museum was accredited by the ministry of the Cultural affairs, so allowing it to receive an annual subsidy contributing to the realization of the exhibitions and the activities.

C’est en 1993 que le musée décide de se concentrer sur l’art du costume, du textile et de la fibre, qui étaient d’ores et déjà des axes privilégiés dans les expositions depuis sa fondation.

Puis en 2006, après 26 ans d’existence et 145 expositions présentées, le Musée Marsil devient le Musée du costume et du textile du Québec (MCTQ). Cela permet à l’espace de se retrouver au coeur même de sa mission, de ses collections et de ses archives fabuleusement riches, et cela fait de lui le seul musée du Québec entièrement voué à cet art, devenant une référence.

It is in 1993 that the museum decides on to concentrate on the art of the costume, the textile and the fiber, which were already axes favored in the exhibitions since its founding.

Then in 2006, after 26 years of existence and 145 exhibitions, the Marsil museum becomes the Museum of the suit and the textile of Quebec (MCTQ). It allows the space to find itself in the heart of its mission, its collections and its fabulously rich archives, and it makes of him the only museum of Quebec completely dedicated to this art, becoming a reference.

L’accueil de Joanne Watkins, la directrice, est un délice, comme souvent à Montréal. Elle prend plaisir à nous parler de ce musée chargé d’Histoire, qui souhaite diffuser avec ingéniosité le savoir-faire en matière de vêtement et de textile pour témoigner de la richesse et la diversité culturelle au Québec. Les archives et le patrimoine textile et vestimentaire, mêlant ethnologie et mode, conservation et éducation, font du musée une valeur sûre, avec une équipe de choc animée par le devoir de mémoire, de mise en valeur et de partage de l’héritage… Nous avons même pu apercevoir en exclusivité des archives qu’elles découvraient à peine, céder par un grand nom de la mode ! Des Harper’s Bazaar des années 20, des croquis inédits, des livres…

Joanne Watkins’s welcome, the manager, is a delight, as usual in Montreal. She takes pleasure to speak to us about this museum steeped in history, which wishes to spread with ingenuity the know-how regarding garment and regarding textile to testify of the wealth and the cultural diversity in Quebec. Archives and the textile and clothing heritage, mixing ethnology and fashion, preservation and education, make of the museum a safe value, with a great team livened up by the duty of remembrance, development and division of the inheritance… We were even able to perceive exclusively archives which they discovered hardly, give in by a big name of the fashion! Harper Bazaar of the 20s, unpublished sketches, books …

Au musée on retrouve différentes thématiques, alternant des réflexions autour de la mode, du costume, du textile et de l’art, pour varier les découvertes autour de créations ou pratiques de cet univers.

Le MCTQ est un véritable laboratoire de recherches et d’actions : conférences, journées événementielles, ateliers d’animation et d’éducation, visites guidées, conseils (sur l’entretien de pièces rares, etc.)… Un lieu décidément hors du commun !

To the museum we find various themes, alternating reflections around the fashion, around the costume, the textile & the art, to vary he discoveries around creations or practices of this universe.

The MCTQ is a real laboratory of researches and actions : conferences, factual days, workshops of animation and educational, guided tours, advice on the maintenance of rare pieces … An undoubtedly outstanding place!

Lors de notre visite, nous avons pu profiter de l’exposition Tapis rouge : la mode au musée qui mettait en scène des pièces phares des collections du MCTQ, avec de grands noms tels que Schiaparelli, Jean Patou, Thierry Mugler, Arnold Scaasi, Christian Dior… ainsi que des créations réalisées par des designers montréalais contemporains : Christian Chenail, Michel Desjardins, Valérie Dumaine, Joseph Helmer, Jocelyn Picard, Marie St-Pierre, Tavan et Mitto et Ying Gao. Un véritable hommage à la mode, permettant aux visiteurs de découvrir ces pièces exceptionnelles et parfois uniques.

During our visit, we were able to take advantage of the exhibition Red carpet: the fashion to the museum which staged strong pieces of the collections of the MCTQ, with big names such as Schiaparelli, Jean Patou, Thierry Mugler, Arnold Scaasi, Christian Dior as well as creations realized by contemporary Montreal designers: Christian Chenail, Michel Desjardins, Valérie Dumaine, Joseph Helmer, Jocelyn Picard, Marie St-Pierre, Tavan and Mitto and Ying Gao. A real fashionable tribute, allowing the visitors to discover these exceptional and sometimes unique pieces.


Musée du Costume et du Textile du Québec

363 rue de la Commune Est – Montréal / Sous-sol du marché Bonsecours / Métro : Champ de Mars

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h

La prochaine exposition débute le 25 octobre, si vous avez la chance d’être dans les parages, n’hésitez pas à nous y rendre !

Le MCTQ a pris grand soin de lister des sites très intéressants en lien avec leurs activités : http://mctq.org/fr/category/le-musee/liens-utiles/

Museum of the Costume and the Textile of Quebec

363 rue de la Commune Est – Montreal / Basement of the market Bonsecours / Subway: Champ de Mars

Open from Tuesday till Sunday from 10 am till 5 pm

The next exhibition begins on October 25th.

http: // mctq.org/fr/category/le-musee/liens-utiles/

Réouverture du musée Galliera : ôde à Azzedine Alaïa

Nous vous faisons vivre depuis plus de 5 ans nos aventures dans le milieu de la mode, nos rencontres, nos découvertes, nos coups de coeur… Et cela passe aussi par les nombreuses expositions que nous avons partagé avec vous. Madame Grès au musée Bourdelle, Cristobal Balenciaga et Comme des garçons à la cité des Docks, « Paris Haute Couture » à l’Hôtel de ville ou encore Chloé au Palais de Tokyo… Nous vous avons guidé dans ces retrouvailles avec l’Essance même de la mode que le musée Galliera a présenté « hors les murs ».

C’est donc avec une joie non dissimulée que nous vous annonçons que le musée Galliera rouvre ses portes le 28 septembre prochain et pour fêter l’évènement, c’est une rétrospective sur le créateur qui sublime les femmes depuis 1979 où il a présenté sa première collection : Azzedine Alaïa.

Cette exposition retracera le parcours créatif et  la carrière de cet artiste à travers 70 modèles iconiques, des campagnes de publicité, des collaborations, des rencontres, des coups de coeur…

Azzedine Alaïa, cet homme qui étudia la sculpture à l’école des Beaux Arts de Tunis et qui drapa les corps de femmes de jersey, rendant le cuir plus fragile et sensuel… et cela sur les plus belles femmes du monde : Greta Garbo, Arletty, Naomi Campbell, Linda Evangelista, Stéphanie Seymour, Yasmine Le Bon, Laétitia Casta…

Cet homme au parcours fabuleux est un des rares à maitriser toutes les étapes de la réalisation d’un vêtement, du patron aux détails pour finaliser une pièce. Chez Alaïa : « les zips tracent leur chemin autour des robes, les oeillets percent les manteaux, les piqures soulignent le galbe des tailleurs« .

Un savoir-faire qui lui a valu de recevoir de nombreuses récompenses : Oscars de la mode, consécration au Palazzo Corsini de Florence, rétrospective au Groninger Museum puis au Guggenheim… et de travailler avec les plus grands : Demarchelier, Lindbergh, Bensimon…

La scénographie de l’exposition a été confiée au designer Martin Szekely, sous l’oeil d’Olivier Saillard, le directeur du musée. Ce dernier fut commissaire de nombreuses expositions telles que celles dédiées à Christian Lacroix, Sonia Rykiel, Yohji Yamamoto… Une bonne occasion donc de (re)découvrir le musée Galliera, cet endroit chargé d’histoires, qui rouvre après une longue période de travaux, et qui fut le le lieu de la première exposition d’Andy Warhol.

Jusqu’au 26 janvier 2014 – toutes les infos sur : http://palaisgalliera.paris.fr/

Crédits photos :

– 1ère photo : Alaïa, veste, couture P/E 2003, Drap de laine noir, application de crocodile, Archives personnelles de Monsieur Alaïa, © Paolo Roversi, 2013

– Photos des tenues : © Groninger Museum

L’école des savoir-faire maroquiniers Louis Vuitton

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Nous avons beaucoup d’affection pour la Maison Louis Vuitton et ses légendaires savoir-faire. Après avoir eu le plaisir d’assister aux défilés, d’analyser le travail de la marque à travers ses produits et ses savoir-faire, de retracer son Histoire, sa communication et ses collaborations, son évolution… nous nous sommes laissés guider à la rencontre des petites mains de la Maison.

Depuis toujours, la Maison a choisi de s’implanter au cœur même de bassins de savoir-faire artisanaux tout en leur offrant un rayonnement international. La formation et la transmission des savoir-faire sont au cœur de cette vision d’avenir, celle d’un artisanat en perpétuel devenir.

C’est pourquoi la Maison a fondé en 2010 l’École des Savoir-Faire Maroquiniers. Unique en son genre, l’école a déjà assuré la formation de plusieurs milliers d’artisans via quelque 10 000 heures de tutorat dispensées par les maîtres maroquiniers les plus expérimentés.

Nous voici donc à l’occasion des Journées Particulières pour découvrir une nouvelle facette, plus en détails,  de ce que les artisans de la Maison réalise depuis parfois plusieurs décennies : les étapes minutieuses de la création d’un sac. Lors d’une formation exceptionnelle sous la verrière centenaire des ateliers d’Asnières qui regroupait l’ensemble des savoir-faire dispensés dans les 12 écoles Louis Vuitton de France, nous nous sommes laissés guider par les tuteurs de la Maison pour apprendre les rudiments du filetage, de la piqûre, du brûlage de fils, de la coloration… Tout un art !

Un échange riche autour d’une passion et de la beauté de gestes artisanaux rares, et du savoir-faire maroquinier… Saviez-vous que l’ancienneté moyenne des maroquiniers des ateliers d’Asnières est de 21 ans ? Et qu’il y a 300 gestes pour fabriquer un sac en cuir précieux, par toute une équipe autour d’un seul produit ?

 

We have a lot of affection for Louis Vuitton’s home and its legendary craftsmanship. Having had the pleasure to see show’s, analyze the work of the brand through its products and « savoir-faire », to trace its history, its communication and collaboration, its evolution … we have been guided to meet the « petites mains » of the House.

Historically, the House has chosen to locate in the heart of basins art skills while offering them an international reputation. Training and transfer of « savoir-faire » are at the heart of this vision, that of a artperpetual becoming.

That is why the House founded in 2010 the « l’école des savoir-faire maroquiniers ». Unique, the school has trained thousands of artisans through some 10,000 hours of tutoring provided by the most experienced master leather craftsmen.

So we had the occasion at « Les Journées Particulières » to discover a new facet in more details what the architects of the house makes for sometimes decades : the meticulous steps of creating a bag. During a special training under the canopy centenary workshops Asnieres which brought together all the skills taught in 12 schools Louis Vuitton in France, we have been guided by the guardians of the house to learn the basics of thread, the sting of burning wire, coloration … An real art !

A rich exchange around a passion and beauty of rare artisanal gestures and expertise leather goods … Did you know that the average length of leather goods workshop in Asnières is 21 years? And there are 300 steps to make a bag of precious leather, by a team around a single product ?

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Virginie Ledoyen Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Les Journées Particulières 2013 chez Vuitton avec l'Ecole des savoir-faire maroquinier à Asnières Sur Seine photos Nicolas Brulez pour IN&OUT

Kenzo fait ses Journées Particulières 2013

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

nouvel imprimé KENZO 2013

2011 : premier épisode des Journées Particulières. 2013 : LVMH réitère son premier succès. Pour cette saison nous avons été conviés en avant première à pénétrer au coeur de la maison Kenzo. Une maison que nous affectionnons particulièrement, pour son univers coloré et décalé, cette dose d’ethnicité qui vient bousculer les codes de la mode parisienne. Comment vous raconter notre expérience sans tout vous dévoiler ?

Nous pénétrons au 18 rue Vivienne, agréablement accueillis par les jus de chez ZUMO, le temps de discuter avec quelques amis, attendant impatiemment de pouvoir découvrir l’univers de Kenzo. La première étape nous plonge dans un couloir baigné de couleurs laissant se dévoiler les murs recouverts du nouvel imprimé de la marque, comme de milliers d’yeux nous observant : inquiétant et subjuguant à la fois.

Nous découvrons le travail du designer textile, du modéliste, styliste et technicien de fabrication, autant de talents au service de la tendance, chacun évoluant dans l’interdépendance à l’autre. Arrive enfin le moment tant attendu : le défilé des hologrammes rythmé par une musique créée pour l’occasion par la chanteuse M.I.A. , je ne vous en dit pas plus, c’est une expérience hors du commun, sûrement les prémices des fashion weeks que nous vivront dans les années à venir car le futur est au bout du couloir.

Même si vous n’avez pas eu le temps d’attraper le sésame sur le site internet, ne vous inquiétez pas, nous savons de source sûre que vous pourrez, comme nous, profiter de ce moment incroyable, mais il va falloir vous levez tôt pour profiter de ces dernières places !

Kenzo en 6 dates :

  • 1970 : Kenzo Takada lance Jungle Jap à Paris
  • 1980 : Kenzo Takada installe sa boutique, ses ateliers et ses bureauxplace des Victoires pour devenir … Kenzo
  • 1999 : départ de Kenzo Takada, entrée de la Maison au sein du groupe LVMH
  • 2003Antonio Marras assure la direction artistique globale de Kenzo pour laquelle il développe un univers empreint de rêves et de souvenirs de voyages
  • 2011 : arrivée salvatrice de Humberto Leon et Carol Lim à la direction de la création
  • 2013 : ouverture du siège de la marque aux Journées Particulières LVMH

2011: first episode of Les Journées Particulières. 2013: LVMH reiterated its first success. For this season we were invited to a sneak preview into the heart of Kenzo. A house that we love especially for its colorful and quirky universe, this dose has shaken ethnicity codes of Parisian fashion. How can you tell our experience without all disclose?

We enter at 18 rue Vivienne, pleasantly greeted by Zumo juice at the time to chat with some friends, waiting anxiously to discover the world of Kenzo. The first step takes us into a flooded corridor to reveal the color leaving covered the brand new printed walls, like thousands of eyes watching us worrying and subjugating both.

We discover the work of textile designer, the modeler, designer and technician manufacturing many talents to the trend, each operating in interdependence to another. Finally comes the long awaited moment: the parade of holograms punctuated by music composed for the occasion by the singer MIA I do not tell you more, it is an experience out of the ordinary, surely the first of the fashion weeks that we live in the future because the future is down the hall.

Even if you have not had time to catch sesame, do not worry, we know of course you can, as we source, enjoy this incredible moment, but we’ll have to get up early.

Kenzo in 6 dates :
1970 : Kenzo Takada Jungle Jap launches in Paris
1980 : Kenzo Takada moved his shop, workshops and offices up victories to become … Kenzo
1999 : Start of Kenzo Takada, entered the house in the LVMH group
2003 : Antonio Marras provides overall artistic direction of Kenzo for which he developed a world made of dreams and memories of trips

2011 : saving arrival of Humberto Leon and Carol Lim to creative direction
2013 : opening the door au the 18’s Vivienne with the « LVMH Journées Particulières »

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Kenzo Les journées Particulières 2013 LVMH IN&OUT

Les 20 expositions incontournables de 2013

Notre passion pour l’art n’est plus à prouver ! Nous avons la chance de vivre à Paris où le choix dans les différentes expositions dépasse le temps que l’on voudrait y accorder… Alors nous vous avons réservé une sélection de nos expositions favorites du moment. Celles que l’on a déjà vues et approuvées, celles que l’on ne manquera pour rien au monde (ohlala les grands mots), et une petite surprise à la fin, à noter dans son agenda !

Voici celles que nous avons visitées et que nous avons vraiment aimées

Culture Chanel au  Palais de Tokyo : l’histoire de Coco Chanel, son entourage et son univers au moment où elle créa le parfum N°5 – jusqu’au 5 juin

Dynamo au Grand palais : les 100 ans de l’art cinétique fêtés dignement avec les artistes ayant fait la renommée du dynamisme artistique – jusqu’au 22 juillet

Mike Kelley au Centre Pompidou : un artiste américain à l’oeuvre prolifique et dérangeante, présentée par une centaine d’oeuvres – jusqu’au 5 août

Mannequin, Corps de la mode à la Cité de la Mode et du Design : un moment émouvant où est retracé l’histoire de l’utilisation du corps dans la mode – jusqu’au 23 juin

Le théorème de Néfertiti à l’Institut du monde arabe : où comment redécouvrir l’époque de cette femme fascinante de l’Egypte ancienne, avec des oeuvres contemporaines débordant d’humour – jusqu’au 8 septembre

On ne les a pas encore vues mais on va y remédier :

Danh Vo au musée d’Art Moderne : répartis en 4 groupes, les oeuvres de cet artiste retracent et interrogent sur la force de la politique, la décolonisation, la circulation des valeurs… – jusqu’au 18 août

La Haute Couture à l’Hôtel de Ville de Paris : l’exposition est un véritable honneur rendu à cet art qu’est la Haute Couture, avec des modèles d’exception (des robes ou ensembles des plus grands noms tels que Doucet, Lanvin, Rochas, YSL, Gaultier, Dior, Courrèges…) choisis dans la collection du musée Galliera – jusqu’au 6 juillet

L’ange du bizarre au musée d’Orsay : ou le Romantisme noir de Goya à Max Ernst, mouvement qui aurait vu le jour au 18ème siècle avec de magnifiques oeuvres – jusqu’au 23 juin

Murano/Fragile au Musée Maillol : la réunion de chefs d’oeuvre en verre de Murano datant de l’époque de la Renaissance jusq’au 21ème siècle, un nouvel hymne au savoir-faire et à la beauté de Venise – jusqu’au 28 juillet

Impressions Dior à la villa des Rhumbs de Granville : 70 robes de cette grande maison française vous accueillent au milieu de toiles de maîtres (Degas, Renoir, Monet…) pour un émerveillement assuré – jusqu’au 22 septembre

Ron Mueck à la Fondation Cartier : le sculpteur australien présente ses désormais célèbres oeuvres à la fois troublantes et émouvantes, des pièces rares et réaffirmant une modernité à fleur de peau – jusqu’au 29 septembre

Keith Haring au musée d’Art Moderne : en partenariat avec le CentQuatre pour une exposition d’envergure (avec 250 oeuvres) dédiée à cet artiste au style incomparable et aux codes/signes emblématiques  – jusqu’au 18 août

Léonard de Vinci à la Cité des Sciences : l’exposition a pour but de faire (re)découvrir ce génie des temps modernes à travers ses recherches, ses projets, des maquettes de façon très ludique – jusqu’au 18 août

Lumière Invisible à l’Institut du monde arabe : les oeuvres de Yahya et Mehdi Qotbi sont réunis à travers des lettres et des signes qui constituent des oeuvres où la lumière s’immisce pour donner un aspect magique – jusqu’au 7 juillet

Il faut absolument noter dans son agenda :

Altérité Je est un autre à l’espace culturel Louis Vuitton : on nous promet une introspection au plus profond de soi et de ses racines, à travers voyages et explorations d’identités, accompagnés par une dizaine d’artistes du monde entier ainsi que des étudiants des Beaux Arts – du 5 juin au 15 septembre 2013

Roy Liechtenstein au Centre Pompidou : pour présenter cet artiste emblématique du pop art américain, il y aura une centaine de peintures et sculptures à découvrir ainsi que des oeuvres inédites en France – du 3 juillet au 4 novembre 2013

Musée Galliera : l’antre de la mode, de l’Histoire aux savoir-faire, va réouvrir ses portes, et il se dit que c’est le créateur Azzedine Alaïa qui serait à l’honneur de la première exposition… – en septembre 2013

Vous avez peut-être loupé mais on a aimé :

Julio le Parc au Palais de Tokyo : un trajet à travers les différents courants d’oeuvres réalisées par l’artiste, qui fait de nous des enfants et nous émerveille

Eileen Gray au Centre Pompidou : un hommage à une grande dame qui a révolutionné l’art déco, avec des dessins, du mobilier et de l’architecture

Correspondances à l’espace culturel Louis Vuitton : la 20e exposition donnait libre cours à différentes formes de correspondances, avec des oeuvres d’une douzaine d’artistes, réalisées pour l’occasion ou simplement intégrées avec brio pour un voyage où la curiosité était le maître mot

L’exposition Punk : Chaos to Couture au MET – l’affront

Vous n’avez pas pu louper aujourd’hui les différents comptes-rendus des médias sur les personnalités présentes hier soir au gala du Metropolitan Museum of Art donné en l’honneur de l’exposition qui ouvrira ses portes dans quelques jours, Punk : Chaos to Couture.

L’idée est brillante, les stars se bousculaient au portillon, plus élégantes les unes que les autres (même si elles étaient loin d’avoir toutes joué le jeu du dress code Punk de la soirée) pour honorer le monde de la mode qui, sous le joug de Anna Wintour et Riccardo Tisci, se penche sur ce phénomène qu’est le mouvement Punk.

Résolument incontournable depuis des décennies chez certains créateurs, la mode Punk a vu le jour dans les années 70 et elle continue d’influencer la mode aujourd’hui. D’après le directeur général du MET Thomas P. Campbell, « Le mouvement Punk est un mélange de références et a été alimenté par les développements artistiques tels que le dadaisme et le postmodernisme« . Et d’après Andrew Bolton, du Costume Institute, « Depuis ses origines, le mouvement Punk a eu une influence incendiaire sur la mode. (…) Les créateurs continuent de s’approprier le vocabulaire esthétique du punk pour capturer au mieux son esprit de rébellion juvénile et sa force. »

You don’t have to miss today’s various reports on media about last night’s gala at the Metropolitan Museum of Art in honor of the exhibition which will open its doors in a few days, Punk : Chaos to Couture.

The idea is brilliant, there was a lot of famous stars, one more beautiful than the others (although some don’t have respect the Punk’s dress code for the event) to honor the world of fashion, as the eyes of Anna Wintour and Riccardo Tisci, examines this Punk’s phenomenon.

Punk is not dead ! For decades Punk is an inevitable transition for fashion designers, the Punk fashion was born in the 70’s and continues to influence fashion today. According to the CEO of MET Thomas P. Campbell,“Punk’s signature mixing of references was fueled by artistic developments such as Dada and postmodernism ». And for Andrew Bolton from the Costume Institute, “Since its origins, punk has had an incendiary influence on fashion. Although punk’s democracy stands in opposition to fashion’s autocracy, designers continue to appropriate punk’s aesthetic vocabulary to capture its youthful rebelliousness and aggressive forcefulness.

L’exposition, rendue possible grâce à la générosité du site Moda Operandi et du groupe Condé Nast, va donc retracer l’histoire de ce mouvement Punk dans la mode à travers une centaine de modèles Femmes et Hommes présentés sur 2 étages du musée. Des premiers modèles créées dans les années 70 aux plus récents, de la Haute Couture au prêt à porter, tous les symboles seront représentés tels que les épingles de sûreté ou les lames de rasoir… Sept galeries se succèdent et vont retracer les plus grandes périodes artistiques de cette époque, à l’aide de clips vidéos et bandes sons notamment.

Au total plus d’une trentaine de créateurs et marques seront ainsi mis en avant. Un seul absent et pas des moindres. Celui qu’on appelle depuis toujours « l’enfant terrible de la mode », celui qui est défini comme « punk sentimental » dans la biographie que Elisabeth Gouslan lui a consacré, n’est pas de la partie. Et pourtant les créateurs français ne sont pas en reste dans cette expo : Karl Lagerfeld, Martin Margiela (qui débuta comme assistant de ce créateur chez Hermès)…

The exhibition, which’s made possible with the generosity of the website Moda Operandi and Condé Nast publications, will therefore retraces the history of the Punk’s movement in fashion through a hundred men and women models presented on two floors of the museum. The first models created in the 70’s to the more recent, from Haute Couture to the ready to wear, all symbols will be represented such as safety pins or razor blades … Seven galleries succeed and will trace the greatest artistic periods of this time, using video clips and sound tracks.

More than thirty designers and brands will be there. One is not here and not least. He has always been called « l’enfant terrible de la mode », The one who has been defined as « emotional punk » in the biography Elisabeth Gouslan, is not in this exhibition. Yet the French creators are not left behind in this exhibition : Karl Lagerfeld, Martin Margiela …

Jean Paul Gaultier, lui, a travaillé tout au long de sa carrière sur ce mouvement Punk. Celui-là même qu’il a remis en avant pas plus tard que lors de sa collection Haute Couture du Printemps/été 2011 avec un French Cancan bougrement dépoussiéré. L’une des salles de l’exposition qui lui est actuellement dédiée au musée Kunsthal à Rotterdam porte même le nom « Punk »… Alors cette initiative du MET et de ses généreux donateurs est peut-être honorable et répond à un phénomène de mode incontournable, mais il faudrait nous expliquer pourquoi ce grand nom de la mode qu’est Monsieur Gaultier n’a pas l’honneur d’apparaitre ni dans l’exposition ni même sur le tapis rouge alors qu’il est l’un des premiers noms qui viendrait aux lèvres de férus de mode si on leur demandait d’associer le nom d’un créateur au mouvement Punk. Un élément de réponse peut-être ?!

Jean Paul Gaultier worked throughout his career on the Punk’s movement. The same one that gave forth no later than at its Haute Couture Collection Spring / Summer 2011 with a French Cancan damn dust. One of the rooms of the exhibition which is currently dedicated to him at the Kunsthal in Rotterdam even called « Punk » … So this initiative of MET and his generous donors may be honorable and responds to an essential phenomenon of fashion world, but it would explain why the big name fashion og Mr. Gaultier didn’t honor to appear in the show or on the red carpet as he is one of the first names that come from the lips of fashion-conscious if they were asked to associate the name of a creator to Punk’s movement. Part of the answer may be ?