Instant Search

Category Archives:
ART

Les expositions à voir à Paris en 2014

Comme nous le faisons de temps en temps, nous vous avons préparé une sélection des expositions que nous avons vu, que nous avons envie de voir cette année à Paris, celles à ne louper sous aucun prétexte !

A ne pas manquer

Jean CocteauCinémathèque – jusqu’au 03/08 : des affiches, scénarios, correspondances, ouvrages précieux, dessins, photographies de plateau et de tournage, ou encore des costumes et objets autour de l’univers de cet homme créatif.

L’Art des Super Héros – Art ludique – jusqu’au 31/08 : les héros de Marvel sont réunis pour la première fois dans une exposition inédite, parrainée par leur Papa Stan Lee. Des premières planches pour la bande dessinée aux dessins de concepts et d’illustrations pour la réalisation des films, ainsi que des accessoires utilisés sur les tournages… Un délice pour les fans !

L’Orient ExpressInstitut du Monde Arabe – jusqu’au 31/08 : la splendeur d’autrefois a été rendue à ce train mythique installé sur le parvis du musée. Une exposition exceptionnelle où, pour la première fois, les visiteurs pourront parcourir les différents wagons et se replonger dans l’univers luxueux de L’Orient Express.

CléopâtrePinacothèque – jusqu’au 07/09 : le mythe de la dernière reine d’Egypte, à la vie sulfureuse et exceptionnelle, est retracé. Malgré le peu de sources historiques, Cléopâtre est connue universellement et fascine.

Dries van Noten – Les Arts Décoratifs – jusqu’au 02/11 : le créateur de mode belge s’installe aux Arts Déco pour sa première expoparisienne où il révèle son processus de création. Une exposition inédite, avec des photos, vidéos, extraits musicaux, oeuvres d’art… à ne pas manquer !

Les années 50 – Musée Galliera – jusqu’au 15/11 : une décennie de couture française à la fin de la guerre, avec l’apogée du New Look de Christian Dior, et la transformation du corps de la femme : jupe « crayon », taille de guêpe, pantalon corsaire…

Tatoueurs, Tatoués – Musée du quai Branly – jusqu’au 18/10/15 : pour la première fois, le musée revient sur les sources du tatouage et présentele renouveau de ce phénomène désormais permanent et mondialisé. Un travail très complet réalisé par le duo HEY ! et le tatoueur Tin-Tin avec l’équipe du musée.

Vous avez manqué : 

Animétro – Millésime Gallery – jusqu’au 17/04 : l’association du travail de Clarisse Rebotier et Thomas Subtil pour la réalisation d’une série photo originale et décalée !

Till We Drop – Galerie des Galeries Lafayette – Jusqu’au 19/04 : Jean Paul Lespagnard, lauréat du Festival de Hyères, fait plonger le public dans son univers dans la Galerie et les vitrines.

Ponte City – BAL – Jusqu’au 20/04 : travail en duo de Mikhael Subotzky et Patrick WaterHouse sur « l’épopée visuelle » pendant plusieurs décennies de la tour qui domine Johannesburg.

Astralis – espace culturel Louis Vuitton – jusqu’au 11/05 : cette exposition propose de voyager, à travers le travail d’une dizaine d’artistes, dans une « étrange réalité par une exploration des mondes de l’insondable et de l’inaccessible ».

Robert Adams – Jeu de Paume – jusqu’au 18/05 :  « L’endroit où nous vivons », ou une exposition sur l’aspect humaniste de ce quotidien de l’Ouest américain à la fin du XXe siècle.

Papier glacé – Musée Galliera – Jusqu’au 25/05 : les éditions Condenast, qui éditent le célèbre Vogue, retracent un siècle de photographies dans leurs pages par les plus grands photographes du monde.

Martin Parr – Mep – Jusqu’au 26/05 : carte blanche à ce photographe qui s’est faufilé partout dans Paris pendant 2 ans, capturant les touristes, les sorties de défilés, les salons… avec un regard inédit !

Henri Cartier-Bresson – Centre Pompidou – jusqu’au 09/06 : pas besoin d’en dire plus, cette exposition de ce grand photographe est incontournable, avec des photos inédites.

Jessica Harrison – Galerie LJ – jusqu’au 24/06 : l’artiste écossaise s’installe pour la première fois à Paris pour une exposition à la fois délicate et décalée. De jolies figurines en porcelaine habillées de « flash » tattoo, « The Painted Ladies ». Un délice !

Star Wars– Cité du cinéma – jusqu’au 30/06 : on est forcément fans de Star Wars, au moins un tout petit peu, alors ce sera un grand moment de plaisir pour cette exposition hors du commun !

Van Gogh – Musée d’Orsay – jusqu’au 05/07 : un angle particulier pour cette expo, avec la mise en avant de la douleur du peintre, avec une quarantaine de tableaux, des lettres, des dessins et des oeuvres graphiques.

Les Impressionnistes – Musée Marmottan Monet – jusqu’au 06/07 : une centaine d’oeuvres de collections de particuliers sont réunies pour fêter les 80 ans du musée, comme un hommage.

Moi Auguste – Grand Palais – jusqu’au 13/07 : pour fêter le millénaire de la mort de cet empereur romain, une exposition qui réunit des statues, des fresques, du mobilier, mais aussi une reconstitution d’une maison ou de tombes, pour apprendre sur la vie des romains

Robert Mapplethorpe – Grand Palais – jusqu’au 13/07 : Plus de 200 images d’un des plus grands maîtres de la photographie d’art qui maniait avec brio le noir et blanc pour la réalisation de portraits, nus et natures mortes à la recherche de la perfection esthétique.

 

JonOne pour IRO Paris

réalisation Nicolas Brulez Laurent Belando musique Loic Galzin et Gael Lopez

Certaines marques restent discrètes quant à leur participation et leur investissement à des oeuvres caritatives. C’est le cas de IRO PARIS. A l’occasion de la dernière Vogue Fashion Night Out nous étions engagés par la marque pour immortaliser le travail de l’artiste NewYorkais JonOne sur une série de perfectos. Pendant plusieurs heures JonOne, armé de ses marqueurs, n’a eu de cesse de répéter ses mythiques hiéroglyphes devant un parterre de fans ébahis. Le montant de la vente des oeuvres  créées en live est reversé à la fondation Abbé Pierre, dont l’artiste est proche.

Nous devons le montage à notre ami Laurent Belando et la musique à Loic Galzin et Gael Lopez

Some brands are discreet as regards of their participation and their investment in charitable works. It is the case of IRO Paris. On the occasion of last Vogue Fashion Night Out we were hired by the brand to immortalize the work of the New York artist JonOne on a series of perfectos. During several hours JonOne, armed with his marker pen, had respite to repeat his mythical hieroglyphs in front of a flowerbed of stunned fans. The amount of the sale of the created works it live is put back to the foundation Abbé Pierre, to which the artist is close.

We owe the editing to our friend Laurent Belando and the music to Loic Galzin and Gael Lopez

réalisation Nicolas Brulez Laurent Belando musique Loic Galzin et Gael Lopez

réalisation Nicolas Brulez Laurent Belando musique Loic Galzin et Gael Lopez

Xiao Li : le knitwear tout en volume

Xiao Li Royal College of Art 2013 silicone knitwear

Diplômée du Royal College of Art de Londres, Xiao Li a su combiner art et création textile en utilisant la technique du tricot et celle de la 3D. Le résultat est saisissant tant les volumes, que beaucoup appellent déjà « Marshmallow », viennent dessiner une nouvelle silhouette sans laisser de côté l’élégance. Les couleurs douces empruntées à celles des pâtisseries de notre enfance donne une saveur délicate aux créations de Xiao Li. Le mix entre knit et silicone augmente l’impression de confort, de légèreté. Ici tout est oversized, les lignes sont molles, voire fuyantes, mais tout est doux, rassurant, la mode de demain se situerait elle dans l’extrapolation des volumes à outrance ? Wait and see …

 Les épaules tricotées sont tombantes, bouffantes à souhait, le tout ressemble à un énorme bonbon dans lequel on rêverait de croquer.

Trouvant le tricot habituel doux et sans forme, Xiao Li s’est inspiré des créations de Balenciaga des années 60 et de l’architecture moderne. Loin de ne donner que dans l’art, Xiao Li est restée attentive durant toutes les étapes de conception à ce que sa collection novatrice reste toujours portable.

La maitrise des couleurs est le fait de la créatrice qui partant d’une base blanche a su combiner les teintes selon les matières.

Via Trendland

Xiao Li Royal College of Art 2013 silicone knitwear

Xiao Li Royal College of Art 2013 silicone knitwear

Xiao Li Royal College of Art 2013 silicone knitwear

Xiao Li Royal College of Art 2013 silicone knitwear

Awarded a diploma by The Royal College of Art of London in 2013, Xiao Li knew how to combine art and textile creation by using the technique of the knitting and that of the 3D. The result is striking so much the volumes, which many people already call « Marshmallow », come to draw a new silhouette without leaving aside the elegance. The soft colors borrowed from those of the cake stores of our childhood give a delicate flavor to the creations of Xiao Li. The mix enters knit and silicone increases the impression of comfort, lightness. Here everything is oversized, lines are soft, even fickle, but everything is soft, reassuring, the fashion of tomorrow would be situated she in the extrapolation of the excessive volumes? Wait and see…

The knit shoulders are falling, baggy as one pleases, the whole looks like an enormous candy in which we would dream to crunch. 

Finding the usual knitting soft and shapeless, Xiao Li was inspired by creations of Balenciaga of the 60s and of the modern architecture. Far from giving only in the art, Xiao Li remained attentive during all the stages of conception to the fact that its innovative collection remains always wearable.

The control of colors is the fact of the designer who starting of a white basis knew how to combine tints according to the materials.

« Fantômes » par Jean-Charles de Castelbajac

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Le couturier Jean-Charles de Castelbajac était l’invité d’honneur du Festival Mode et Design de Montréal qui vient de refermer ses portes pour sa 13e édition.

Ce grand monsieur a réalisé plusieurs éléments, de la performance d’art urbain à la conférence en passant par une jolie exposition retraçant son Histoire. Et l’une des représentations les plus remarquables et spectaculaires restera sans nul doute le happening/défilé intitulé « Fantômes« , avec une mise en musique par Mr NO et VJ Florian.

Un thème qui lui est cher et qu’il a magnifiquement mis en scène avec 60 femmes qui ont revêtu des robes imaginées et agrémentées d’accessoires par le créateur. Un univers hors du commun à la fois étrange et fascinant qui nous a transporté pendant presque 1h… Un émerveillement pendant lequel Mr de Castelbajac nous a transporté avec ces dessins, un délice !

A très vite pour le portrait de ce grand monsieur sur le blog !

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Fantômes par Jean Charles de Castelbajac au Festival Mode et Design 2013 Montréal

Mes coups de coeur « tattoo »

Voilà quelques temps que j’évolue dans un univers où le fait de marquer son corps devient le quotidien, que ce soit pour la vie ou pour quelques jours. Parmi le projet photos The Tattoorialist, les clients de l’agence comme Corpus Délit, les grands couturiers tels que Jean Paul Gaultier, les rencontres, la mode avec les accessoires originaux de La Renarde ou les pages des magazines avec notamment le ELLE et l’article de Lauren Bastide, on ne peut plus passer à travers le tatouage sous toutes les formes !

Du coup je ne vais pas m’étendre davantage sur le sujet, vous en faire une galerie d’images indigeste ou un débat sociologique, et je vais juste partager avec vous ce qui, dans mon entourage, me donne envie tous les jours de marquer mon corps à l’encre indélébile (ou pas !).

Gérard Uféras pour la lingerie Triumph : Arty Sensation

De la rencontre entre la marque de lingerie Triumph et Gérard Uféras résulte un véritable hommage à la féminité : Arty Sensation.

Gérard Uféras, mon maître, celui auprès de qui j’aimerai apprendre la photographie, celui qui m’inspire depuis bien longtemps, arrive encore à nous surprendre.

Gérard Uféras commença ses premiers pas de photographe chez Libération, puis il participa à la création de l’agence VU. Côtoyant les plus grands de l’histoire de la photographie, Uféras se distingua avec une approche différente des sujets. Plus authentique, plus émotionnel, se faisant le spectateur privilégié des coulisses des opéras, des défilés de mode, traitant toujours avec la plus grande empathie ses sujets.

En affirmant son nouveau positionnement, la marque de lingerie Triumph a fait appel à Gérard Uféras pour signer plus qu’une campagne, un véritable projet artistique : Arty Sensation.

Gérard Uféras immortalise le quotidien et l’intimité de 20 femmes normales, en phase avec leur corps, leurs rondeurs. Tout en douceur, les portraits sont d’une incroyable délicatesse : sous le regard bienveillant du photographe les mannequins d’un jour se muent en de véritables stars de l’objectif. Touchant, sensuel, surprenant, fantasmant… voilà le catalogue de mots qui me viennent devant ces oeuvres. Car oui il s’agit bien d’oeuvres, et pas seulement de publicité. Ces femmes Triumph auront le privilège de voir les plus beaux clichés habiller les murs des Maréchaux des Arts Décoratifs, certaines rues parisiennes et enfin les Galeries Lafayette.

Gérard Uféras dédie ce projet à « toutes ces femmes dont les craintes, les émotions, la curiosité et finalement la confiance auront permis une aventure rare et une exposition des plus beaux clichés ». Uféras a eu carte blanche, ce qui l’a inquiété puis étonné, flatté il a décidé de retrouver ainsi en lui cette passion qui l’a fait devenir photographe

La marque de lingerie Triumph livre ainsi sa nouvelle ligne Shape Sensation, qui sculpte la silhouette tout en séduction. Et oui c’est de séduction dont il s’agit ! Gérard Uféras nous livre son plus bel hommage à la femme : BRAVO !

« Robert Doisneau disait que chaque personne a un trésor en elle et que son regard consistait à le révéler« .

Retrouvez l’exposition Arty Sensation au Lafayette Liste, du 27 mai au 1er juin, au 6ème étage du Lafayette Coupole.
Du 6 au 16 juin :  Galeries Lafayette Strasbourg
Du 21 au 29 juin : Galeries Lafayette Nantes
Du 2 au 9 juillet : Galeries Lafayette Lyon Part Dieu
Du 11 au 28 juillet : Galeries Lafayette Marseille
Du 13 septembre au 6 novembre : Galeries Lafayette Paris, Strasbourg, Nantes, Marseille, Lyon Part Dieu

Le petit plus de cette opération : la marque Triumph s’est associée à l’association JOSEPHINE Beauté pour accompagner Gérard Uféras dans cette expérience.

 

From the meeting between the brand lingerie Triumph and Gerard Uféras results a real tribute to femininity: Arty Sensation

Gerard Uféras, my master, one with whom I would like to learn photography, one that has inspired me for a long time still manages to surprise us.

Gerard Uféras began his career as a photographer  in « Libération », then he participated in the creation of the « VU » agency . Alongside the greatest in the history of photography, Uféras distinguished himself with a different approach to subjects. More authentic, emotional, making himself privileged spectator of scenes from operas, fashion shows, always dealing with the greatest empathy his topics.

In asserting its new positioning Triumph uses Gerard Uféras to sign more than a campaign, an art project : Arty Sensation.

Gerard Uféras captures the everyday and the privacy of 20 normal women, in tune with their bodies, their curves. Smooth, the portraits are incredibly fine, under the watchful eye of the photographer one day models turn into real stars. Touching, sensual, surprising, fantasizing here the catalog of words that come to these works. And yes it is indeed works, not just advertising. Triumph’s women have the privilege to see the best shots dress up the walls of the “Arts Déco”, some streets and finally the Galeries Lafayette.

Gerard Uféras dedicates this project to « all those women whose fears, emotions, curiosity and confidence will finally allowed a rare adventure and an exhibition of the most beautiful pictures. » Uféras had “carte blanche”, which has worried and surprised him, flattered he decided to find inside him the passion that has helped him to become a photographer
Triumph shows its new collection : Shape Sensation, which sculpts the figure while seduction. And yes it is seductive in question.

Note that Triumph has joined the association JOSEPHINE Beauty to work with Gerard Uféras in this experiment.

« Robert Doisneau said that each person has a treasure and was to reveal it »

Gerard Uféras gives us his best tribute to the woman, BRAVO!

Find Arty Sensation exhibition at Lafayette Listings from 27 May to 1 June, the 6th floor of Lafayette Coupole.

From May 27 to June 3, 2013: Galeries Lafayette Paris Haussmann
From 6 to 16 June: Galeries Lafayette Strasbourg
From 21 to 29 June: Galeries Lafayette Nantes
From July 2 to 9: Galeries Lafayette Lyon Part Dieu
From 11 to 28 July: Galeries Lafayette Marseille
From September 13 to November 6, Galeries Lafayette Paris, Strasbourg, Nantes, Marseille, Lyon Part Dieu

 

Les 20 expositions incontournables de 2013

Notre passion pour l’art n’est plus à prouver ! Nous avons la chance de vivre à Paris où le choix dans les différentes expositions dépasse le temps que l’on voudrait y accorder… Alors nous vous avons réservé une sélection de nos expositions favorites du moment. Celles que l’on a déjà vues et approuvées, celles que l’on ne manquera pour rien au monde (ohlala les grands mots), et une petite surprise à la fin, à noter dans son agenda !

Voici celles que nous avons visitées et que nous avons vraiment aimées

Culture Chanel au  Palais de Tokyo : l’histoire de Coco Chanel, son entourage et son univers au moment où elle créa le parfum N°5 – jusqu’au 5 juin

Dynamo au Grand palais : les 100 ans de l’art cinétique fêtés dignement avec les artistes ayant fait la renommée du dynamisme artistique – jusqu’au 22 juillet

Mike Kelley au Centre Pompidou : un artiste américain à l’oeuvre prolifique et dérangeante, présentée par une centaine d’oeuvres – jusqu’au 5 août

Mannequin, Corps de la mode à la Cité de la Mode et du Design : un moment émouvant où est retracé l’histoire de l’utilisation du corps dans la mode – jusqu’au 23 juin

Le théorème de Néfertiti à l’Institut du monde arabe : où comment redécouvrir l’époque de cette femme fascinante de l’Egypte ancienne, avec des oeuvres contemporaines débordant d’humour – jusqu’au 8 septembre

On ne les a pas encore vues mais on va y remédier :

Danh Vo au musée d’Art Moderne : répartis en 4 groupes, les oeuvres de cet artiste retracent et interrogent sur la force de la politique, la décolonisation, la circulation des valeurs… – jusqu’au 18 août

La Haute Couture à l’Hôtel de Ville de Paris : l’exposition est un véritable honneur rendu à cet art qu’est la Haute Couture, avec des modèles d’exception (des robes ou ensembles des plus grands noms tels que Doucet, Lanvin, Rochas, YSL, Gaultier, Dior, Courrèges…) choisis dans la collection du musée Galliera – jusqu’au 6 juillet

L’ange du bizarre au musée d’Orsay : ou le Romantisme noir de Goya à Max Ernst, mouvement qui aurait vu le jour au 18ème siècle avec de magnifiques oeuvres – jusqu’au 23 juin

Murano/Fragile au Musée Maillol : la réunion de chefs d’oeuvre en verre de Murano datant de l’époque de la Renaissance jusq’au 21ème siècle, un nouvel hymne au savoir-faire et à la beauté de Venise – jusqu’au 28 juillet

Impressions Dior à la villa des Rhumbs de Granville : 70 robes de cette grande maison française vous accueillent au milieu de toiles de maîtres (Degas, Renoir, Monet…) pour un émerveillement assuré – jusqu’au 22 septembre

Ron Mueck à la Fondation Cartier : le sculpteur australien présente ses désormais célèbres oeuvres à la fois troublantes et émouvantes, des pièces rares et réaffirmant une modernité à fleur de peau – jusqu’au 29 septembre

Keith Haring au musée d’Art Moderne : en partenariat avec le CentQuatre pour une exposition d’envergure (avec 250 oeuvres) dédiée à cet artiste au style incomparable et aux codes/signes emblématiques  – jusqu’au 18 août

Léonard de Vinci à la Cité des Sciences : l’exposition a pour but de faire (re)découvrir ce génie des temps modernes à travers ses recherches, ses projets, des maquettes de façon très ludique – jusqu’au 18 août

Lumière Invisible à l’Institut du monde arabe : les oeuvres de Yahya et Mehdi Qotbi sont réunis à travers des lettres et des signes qui constituent des oeuvres où la lumière s’immisce pour donner un aspect magique – jusqu’au 7 juillet

Il faut absolument noter dans son agenda :

Altérité Je est un autre à l’espace culturel Louis Vuitton : on nous promet une introspection au plus profond de soi et de ses racines, à travers voyages et explorations d’identités, accompagnés par une dizaine d’artistes du monde entier ainsi que des étudiants des Beaux Arts – du 5 juin au 15 septembre 2013

Roy Liechtenstein au Centre Pompidou : pour présenter cet artiste emblématique du pop art américain, il y aura une centaine de peintures et sculptures à découvrir ainsi que des oeuvres inédites en France – du 3 juillet au 4 novembre 2013

Musée Galliera : l’antre de la mode, de l’Histoire aux savoir-faire, va réouvrir ses portes, et il se dit que c’est le créateur Azzedine Alaïa qui serait à l’honneur de la première exposition… – en septembre 2013

Vous avez peut-être loupé mais on a aimé :

Julio le Parc au Palais de Tokyo : un trajet à travers les différents courants d’oeuvres réalisées par l’artiste, qui fait de nous des enfants et nous émerveille

Eileen Gray au Centre Pompidou : un hommage à une grande dame qui a révolutionné l’art déco, avec des dessins, du mobilier et de l’architecture

Correspondances à l’espace culturel Louis Vuitton : la 20e exposition donnait libre cours à différentes formes de correspondances, avec des oeuvres d’une douzaine d’artistes, réalisées pour l’occasion ou simplement intégrées avec brio pour un voyage où la curiosité était le maître mot

L.A. Dance Project : Benjamin Millepied x Van Cleef & Arpels

Reflections, L.A. DANSE PROJECT Photo By Benjamin Millepied

La danse et la maison Van Cleef & Arpels se résume par l’histoire d’une passion.  Dès 1912, Louis Arpels avait pour habitude en sortant le soir des bureaux de la place Vendôme de se rendre à l’Opéra Garnier pour se délecter d’un Ballet, de cette passion naîtra un clip « Danseuse espagnole » en 1941 et une rencontre en 1961 entre George Balanchine et  Claude Arplels. De cette rencontre naitra le ballet Jewels en 1967. Ode à la féminité, le ballet sera dédié à trois pierres d’exception :  l’émeraude avec Fauré, le rubis avec Stravinski et le diamant avec Tchaïkovski.

Benjamin Millepied : danseur étoile, chorégraphe, fondateur de la compagnie L.A. Dance Project,  futur directeur de la Danse à l’Opéra de Paris, à compter du 15 octobre 2014, en succession de Brigitte Lefèvre, est passionné par l’oeuvre et le rythme de George Balanchine.

En collaboration avec la maison de Haute Joaillerie Van Cleef & Arpels, Benjamin Millepied a créé Reflections,  premier volet d’une trilogie intitulée Gemsplus qu’un ballet  c’est une création mondiale qui témoigne de sa démarche très collaborative avec les danseurs, et d’une attention extrême aux arts visuels. Il a fait appel à la plasticienne américaine Barbara Kruger pour le décor et les costumes. « C’est la première pièce qui porte vraiment l’empreinte du L.A.Dance Project »

Le L.A. Dance Project est composé de 7 danseurs :

  • Aaron Carr
  • Charlie Hodges
  • Julia Eichten
  • Morgan Lugo
  • Nathan B. Makolandra
  • Rachelle Rafailedes
  • Amanda Wells

Voici la retranscription de la conférence de presse :

« J’ai beaucoup dansé sur Balanchine, il a imaginé un très grand ballet autour des pierres précieuses, il a mis en scène 3 ballets avec 3 compositeurs différents. C’est une histoire franco américaine qui a commencé dans les années 40 avec Claude Arpels qui était un grand amateur de ballet et qui soutenait le MET. On cherche à retrouver dans les pièces de façon allégorique le mouvement de la légèreté et de l’élégance […]  les couleurs, la lumière, le lieu, les villes, la musique, choses qui sont réinterprétées à la fois dans les pièces de joaillerie et la pièce JEWELS en elle-même […] le Ballet RUBY : est plus charnel, plus de tension, partition jazz, beaucoup d’énergie à l’américaine, très NY, les pas sont rapides, c’est jouissif à danser. […] Avec Reflections, le 1er volet du ballet, c’est enthousiasmant et sexy de commencer par RUBY, inspirant pour débuter et recréer  l’atmosphère que ça évoquait, très instinctif, avec précision, une musique très US […] la collaboration avec Barbara Kruger fut très fluide. […] J’ai été très influencé par Balanchine qui interprétait un ballet très simplement grâce à une musique […]  Pour Balanchine « un chorégraphe c’est comme être un artisan, un joaillier, un horloger » […]  La visite des ateliers fut un moment très émouvant, j’étais très touché par les artisans qui font ces gestes faits mille fois, avec certains à côté de photos de leurs prédécesseurs. […] Chorégraphe de ballet c’est un savoir-faire qui se passe de génération en génération[…] Le parallèle est total […] C’est une combinaison entre savoir-faire tradition et esthétisme, apprentissage, expertise, chaque création de Van Cleef est liée à une allégorie de la danse : des pièces figuratives comme la broche, on sent le mouvement, la légèreté, la finesse et l’élégance qui sont les maîtres mots. Ils sont réalistes en terme de mouvements pour que ce soit fidèles au figures de danse, classique ou contemporaine, la pièce de joaillerie est vouée à être éternelle et non pas figée. […] Dans mon ballet j’évoque les relations humaines, les émotions , j’ai exploré des choses différentes, utilisé ce que chaque danseur amène à la compagnie. L.A. Dance project : c’est la réunion de talents artistiques, c’est proposer des idées très différentes, le registre est moins formel.  »

 

L.A. Dance Project au Théâtre du Chatelet du 23/05 au 25/05

REFLECTIONS (création mondiale)
Chorégraphie – Benjamin Millepied en collaboration avec Julia Eichten, Charlie Hodges, Morgan Lugo, Nathan Makolandra, Amanda Wells
Musique originale – David Lang
Piano – Andrew Zolinsky
Concept visuel – Barbara Kruger
Lumières – Roderick Murray

Dance and Van Cleef & Arpels is summed up by the story of a passion. By 1912, Louis Arpels had the habit of going out, in the evening, of the offices of the Place Vendome to go to the Opera Garnier to revel a Ballet, the passion born of a « Spanish Dancer » clip in 1941 and dating 1961 between George Balanchine and Claude Arplels. From this meeting will be born Jewels in 1967. Ode to femininity, the ballet will be dedicated to three exceptional stones: emerald with Fauré, Stravinsky with rubies and diamonds with Tchaikovsky.

Benjamin Millepied: dancer, choreographer, founder of the company LA Dance Project, future director of the Dance at the Paris Opera, as of October 15, 2014, in succession to Brigitte Lefèvre, is passionate about the work and the pace George Balanchine.

In collaboration with  Van Cleef & Arpels, Benjamin Millepied has created Reflections, the first part of a trilogy entitled Gems, more than ballet is a world premiere reflecting his very collaborative process with the dancers, and extreme attention to visual arts. He appealed to the American visual artist Barbara Kruger for the set and costumes. « This is the first piece that really bears the stamp of LA Dance Project »

The LA Dance Project consists of seven dancers:

Aaron Carr
Charlie Hodges
Julia Eichten
Morgan Lugo
Nathan B. Makolandra
Rachelle Rafailedes
Amanda Wells

Here is the transcript of the press conference:

« I danced a lot of Balanchine, he imagined a great ballet around precious stones, he has directed three ballets with three different composers A Franco American history that began in the 40s with Claude Arpels who was a great amateur ballet and supported the MET. were trying to find room in an allegorical manner the movement of lightness and elegance […] colors, light, location, cities, music, things which are reinterpreted in both pieces of jewelry and JEWELS room itself […] Ballet RUBY is more carnal, more tension, partition jazz, a lot of energy to the U.S., very NY , are not fast, it is enjoyable to dance. […] With Reflections, the first part of the ballet is exciting and sexy to start with RUBY, inspiring start and recreate the atmosphere it evoked, very instinctive, with precision, very music U.S. […] working with Barbara Kruger was very fluid. […] I was very influenced by Balanchine ballet who played a very simply through music [.. .] For Balanchine « a choreographer is like being an artisan jeweler, watchmaker » […] The tour of the workshops was a very emotional moment, I was very touched by the craftsmen who made these gestures miles time, with some pictures next to their predecessors. […] Choreographer ballet is a skill that is passed from generation to generation. […] The parallel is complete […] C is a combination of tradition and know-how aesthetics, learning, expertise each creation Van Cleef is linked to an allegory of the dance figurative pieces as the spindle, you can feel the movement, lightness, finesse and elegance are the watchwords. They are realistic in terms of movements either loyal to figures dance, classical and contemporary, the piece of jewelry is bound to be eternal and not frozen. […] In my ballet j ‘evokes human relationships, emotions, I explored various things used that each dancer brings to the company LA Dance Project:. it is the meeting of artistic talent is offer very different ideas, the register is less formal. « 

 

LA Dance Project at the Theatre du Chatelet on 23/05 to 25/05

REFLECTIONS (world premiere)
Choreography – Benjamin Millepied in collaboration with Julia Eichten, Charlie Hodges, Morgan Lugo, Nathan Makolandra, Amanda Wells
Original Music – David Lang
Piano – Andrew Zolinsky
Visual concept – Barbara Kruger
Lights – Roderick Murray

 

Reflections, L.A. DANSE PROJECT Photo By Benjamin Millepied

Reflections, L.A. DANSE PROJECT Photo By Cat Deakins

Reflections, L.A. DANSE PROJECT Photo By Benjamin Millepied