Instant Search

La fin du concept store colette

Tremblement de terre ce midi dans le monde de la mode. Le temple de la hype du début des années 2000 va fermer ses portes le 20 décembre prochain. Ce concept store connu dans le monde entier a vu le jour en 1997 et est géré par Sarah Andelman, propriétaire et co-fondatrice avec sa mère Colette Roussaux.

Voilà que ceux par qui les tendances allaient et venaient, un lieu mythique où les artistes branchés et les stars du monde entier se battaient pour faire leurs expositions, leurs dédicaces en avant-première, leurs happening inédits… l’espace où il fallait être vu/faire un selfie, et pour sûr où le samedi après-midi vous croisiez Karl Lagerfeld en train de faire ses emplettes de la semaine et jeter un oeil sur les sélections pointues d’une team de haut vol… va baisser son store définitivement.

La première fois que j’ai poussé les portes de cet antre de la mode au 213 rue Saint Honoré, il y a quelques années, c’était fébrilement et avec beaucoup d’émotions. J’avais l’envie de voir chaque recoin de ces 3 étages, de repartir avec un petit quelque chose, de découvrir les marques de demain… Et mon coup de coeur ultime fut l’odeur de figuier qu’il règne dans le lieu dès que vous poussez la porte. Ce sera ma madeleine de Proust, indéniablement.

Mais il faut se le dire, c’est aussi un endroit agaçant au plus au point où il est très compliqué au commun des mortels de sortir sa carte bleue sans crever son budget du mois, où regarder une paire de chaussures ou feuilleter un livre est une angoisse car les employés remettent tout exactement à sa place au millimètre alors que vous avez posé le-dit objet depuis 1/4 de seconde à peine…
Malgré tout, c’est un pincement au coeur. C’est une génération, une page qui se tourne avec les portes de ce lieu qui se ferment. Chez colette, on dénichait ou relançait des tendances que le monde entier surveillait (était-ce bien encore le cas ?). Les touristes branchés s’y pressaient. Sans parler du fait que tout jeune créateur ou artiste rêvait d’avoir un de ces produits présenté, telle une vitrine parfaite et une validation de la hype absolue.

Les détails n’ont pas encore été donné mais nous verrons si la team continuera les pop up dans des capitales étrangères, et les collaborations avec des grandes marques et des créateurs pointus. Bien que les dernières (mises à part certaines réalisées pour les 20 ans), n’étaient pas fabuleuses… Et que penser du coup de ce coup de comm’ majestueux avec la piscine de boules mise en place il y a quelques mois aux Arts Déco ?

Et il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que cette nouvelle ne sonne pas en fait un mode de consommation différent qui aboutirait à la fin des fabuleux magasins Corso Como et Dover Street Market, ces temples du matérialisme.

Par contre, peut-on parler de l’ironie du sort qui veut que c’est la marque Saint Laurent qui  négocierait la reprise des murs pour en faire une boutique ? Quand on sait qu’il y a quelques temps ces deux là étaient fâchés

Suggested Posts