Instant Search

La fondation Louis Vuitton

Il y a quelques semaines Paris inaugura son plus bel édifice, le plus audacieux depuis La Pyramide du Louvre par Leoh Ming Pei ou le Centre Pompidou de  Renzo Piano & co : La Fondation Louis Vuitton. L’édifice tout droit sorti de l’imagination de l’architecte américain Franck Gehry est une véritable prouesse d’ingénierie à la française, un trait de poésie au coeur du Bois de Boulogne. Certes, ce musée semble être le jouet du financier et mécène Bernard Arnault, d’autres y verront sûrement (à juste titre me direz vous) une solution de défiscalisation, il n’en est pas moins une nouvelle pierre à l’édifice de la liberté d’expression artistique. 

« Ce qui m’a inspiré, c’était l’idée de construire un immeuble de verre dans ce bois, faute de quoi il pourrait facilement paraître intrusif. Il fallait arriver à quelque chose d’évanescent, sans quoi nous n’aurions jamais obtenu l’autorisation (…) Il y avait des restrictions de taille et plein d’autres choses encore mais, quand nous avons proposé ce concept, il a emporté leur adhésion et ils nous ont donné leur accord. Ca a coûté cher, mais on n’aurait pas pu faire autrement.« 

 Franck Gehry

Bernard Arnault s’est entouré des meilleurs, citons Suzanne Pagé,  en charge du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, dans les jupes du passionné depuis 2006 :  « J’ai opéré une sélection ciblée d’oeuvres que nous souhaitions mettre en dialogue avec le lieu. Mais ce n’est pas un « échantillon représentatif » de la collection »,

Mais qu’y a t’il dans cette fondation ? Pour le moment toutes les salles ne sont pas investies, loin de là. Il faudra encore quelques mois avant de voir la collection de la fondation s’agrandir, de manière exponentielle à en croire la rumeur. Vous pourrez tout de même vous abandonner à la rêverie devant les oeuvres du peintre allemand Gerhard Richter, dont Marine (cédée aux enchères, chez Christie’s, en 2012, pour plus de 15 millions d’euros) et Strip, une salle entière lui est ainsi consacrée.

Vous pourrez également découvrir les monochromes d’ Ellswoth Kelly, l’oeuvre d’ Olafur Eliasson le long de la coursive Grotto (retrospective prévue en Décembre) , Dominque Gonzalez-Foerster, Bertrand Lavier, Thomas Schutte et son « Homme dans la boue » (15 mètre de hauteur, son plus grand à ce jour), les français Christian Boltanski, Bertrand Lavier et Pierre Huygue … de quoi satisfaire votre curiosité.

Au delà des oeuvres présentées, l’accent est mis sur la création exceptionnelle de l’architecte Franck Gehry. Sont ainsi dévoilés, plusieurs maquettes démontrant l’évolution de l’imagination et de la conception du bâtiment, un pur bonheur pour les fans d’architecture.

La modularité du lieu permettra également d’accueillir des concerts … tels que Kraftwerk, les premiers à avoir jouer dans la fondation, pour une série de concerts uniques.

N’oublions pas le restaurant et son chef Jean-Louis Nomicos, les nombreuses terrasses de l’édifice, la vue à couper le souffle …

La polémique ?  Sans nul doute l’argent, l’investissement, le gros mot de notre génération : la DEFISCALISATION ! Oui la seule oeuvre de Richter (15 millions d’euros) équivaut à 7 fois le budget d’acquisition annuel du Centre Pompidou … les dents grincent déjà.  Mais rassurons-nous, les français râlent pour tout et rien …

 » La force du geste de mécénat de Bernard Arnault est bien d’avoir permis une oeuvre architecturale majeure, un musée exceptionnel » Jean-Paul Claverie.

Pour aller encore plus loin dans l’univers de Frank Gehry, poussez votre découverte jusqu’au porte du Centre Pompidou, qui lui consacre une sublime rétrospective.

Fondation Louis Vuitton 

8 Avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris

Tarif plein : 14€, moins de 26 ans : 10€, moins de 18 ans : 5€ 

Suggested Posts