Yves Saint Laurent – le film de Jalil Lespert

Le nom d’Yves Saint Laurent n’a de cesse de faire couler de l’encre ces dernières années depuis la mort du créateur éponyme, de faire vibrer les cordes vocales, que ce soit en ce qui concerne les choix artistiques du nouveau D.A. Hedi Slimane, des prises de position de Pierre Bergé, de l’avenir de la maison, du choix de changer le nom de la marque …

Alors que nous n’avons pas toujours compris certaines décisions de Pierre Bergé, nous nous sommes tout de même intéressés au film « validé » par ce dernier. Par curiosité, pour notre culture, mais aussi pour comprendre la relation entre ces deux amants incompris, saisir le regard de celui qui partagea jusqu’au dernier jour du créateur.

Quand un film sort dans sa version officielle il faut s’attendre à une pellicule saupoudrée d’édulcorant, fourrée à l’ellipse bonificatrice, teinté d’un « je-ne-sais-quoi » mièvre … pourtant il n’en est presque rien.

A en juger les critiques acerbes des cahiers du cinéma (Les Inrockuptibles, et autre Télérama), mais ces derniers ne connaissent rien à la mode, il fallait que ça soit dit. Pour une fois qu’un film français aborde le sujet dans sa vision poétique et sulfureuse sans laisser de côté le délicat accouchement de la création d’une collection, le tout appuyé magnifiquement par des jeux d’acteurs (nous y reviendrons plus tard) stupéfiants, il faut le saluer.

Dès les premières minutes nous sentons que Pierre Bergé veut régler ses comptes avec toute la sagesse eu égard à son âge. Celui qui était appelé le « pitbull » de la mode s’est assagi mais n’en oublie pas ses ennemis pour autant et les obstacles contournés tout au long de sa carrière.  »Vous me trouvez volcanique ? En vieillissant, le diable se fait ermite…  » Pierre Bergé

Puis l’émotion débute un chemin doux et sournois pour ne plus vous quitter. Tout le film se vit sur le fil, nous essayons d’être objectif, de comprendre le point de vue du réalisateur, le jeu des acteurs, mais à quoi bon, la tristesse est là, pleine et brutale.

Qu’apprend t’on sur Yves Saint Laurent ? Sa fragilité, sa maladie, son lien indéfectible avec Pierre Bergé, ses addictions, son besoin de création, son intransigeance, … Yves Saint Laurent, comme beaucoup de créateurs, est un homme complexe, d’aucuns diront torturé.

Là où notre surprise est totale réside dans l’absence de délicatesse dans l’angle choisi pour nous dépendre Yves Mathieu Saint Laurent : ne cherchez pas les bons sentiments dans ce chef d’oeuvre ! Tout y passe : le séjour en psychiatrie, la luxure, la toxicomanie, l’alcoolisme, l’instabilité émotionnelle… Nous nous attendions, allez savoir pourquoi, à ce que Pierre Bergé face preuve d’un excès de complaisance, nous livre  la vie de l’homme qu’il a aimé et construit en occultant leur part d’ombre à chacun. Mais ce film est beau, érotique, émouvant et époustouflant.

L’amoureux de la mode sera satisfait de redécouvrir les plus belles créations du maître, quoiqu’un peu frustré de ne pas admiré plus de costumes… mais bon nous ne sommes pas dans un reportage de Loïc Prigent non plus ! Nous avons déjà le plaisir d’avoir les véritables tenues d’époque prêtées par la maison et soigneusement protégées par des archivistes…

Pour revenir aux acteurs, la prestation de Pierre Niney est sans appel : simplement parfaite ! Sa voix, sa gestuelle, sa diction, son rythme, tout dans son jeu vous transporte et vous fait (re)vivre Yves Mathieu Saint Laurent himself. Quelle magnifique prouesse ! Ce comédien et acteur formé au cours Florent et engagé par la Comédie Française alors qu’il n’a que 21 ans, est très prometteur…

La prestation de Guillaume Gallienne n’est pas en reste, son jeu nous a, à de nombreuses reprises, glacé le sang, tant il est juste. L’intensité de son regard en est presque déroutante. Cette dispute éclatant entre les deux amants, cette force, ce silence … et ce regard ! Les larmes ne sont pas loin, que dis-je ! apportez moi un mouchoir. Guillaume Gallienne est décidément le comédien et acteur montant, avec une rare sensibilité, et un jeu subtil et touchant !

Bref, nous avons été conquis par ce film de Jalil Lespert, et pour ne rien vous cacher, nous avons hâte de voir la version de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel qui sortira le 1er octobre prochain, car la barre a été placée haut, très haut !

(Crédits photos : SND)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Maud

    Absolument d’accord avec vous! Ce film est un bonheur, les acteurs sont formidables : un film à voir!

  • sofy from sxb

    ce film est un petit bijou ! les 2 acteurs principaux sont parfaits, très justes et personnellement j’ai beaucoup aimé la musique du film qui ajoute une part d’émotion (et qui m’a même tiré quelques larmes !).