Instant Search

Paris Fashion Week : Louis Vuitton Automne Hiver 2013

Je me souviendrai de cette journée comme d’aucune autre. Ce mercredi 7 mars à 10h00 avait lieu un des défilés de prêt à porter les plus convoités de la semaine de la mode parisienne. J’avais la chance de détenir le sésame, une chance inouïe. Je n’avais qu’une mission : ne pas être en retard ! Et pourtant tout s’est joué à quelques minutes. Le stress coulant dans mes veines, ajouté à une incroyable dose d’impatience de faire pour la première fois un défilé Vuitton, j’ai eu la surprise de percuter un autre motard venu couper ma route ! Plus de peur que de mal mais une chose m’a surpris plus que tout, cette phrase que je m’entends encore prononcer : « pas le temps de faire un constat je fonce au défilé Vuitton » ! Je suis bel et bien à fond dans la mode, irrécupérable. Revenons maintenant à ce qui nous intéresse le plus : le défilé automne-hiver 2012 – 2013 de Louis Vuitton imaginé par Marc Jacobs.

Courant pour chercher ma place, je n’ai pas pris le temps de jeter un oeil à la scénographie du chapiteau installé au coeur de la place Carrée du Louvre. Des longues colonnes de métal, des arches me rappelant celles d’une gare, une ambiance sombre et dans ma main la clé faisant office d’invitation … que de mystères ne laissant présager que de belles surprises. Le noir profond s’installe alors, des vibrations parcourent les sièges, une intense fumée envahit la salle et là, là devant nous surgit une locomotive à vapeur suivie d’un wagon remplit de magnifiques mannequins. La salle frémit, les « oh » et les « ah » fusent déjà deci delà, les applaudissements commencent avant même d’avoir vu la collection.

Une à une les modèles, dans un cérémonial toujours aussi parfait, descendent du wagon aidées d’un majordome aux gants blancs, suivis de près d’un porteur chargé de somptueux bagages et sacs Vuitton. Pendant tout le défilé, une idée m’obsède, des tenues ou des accessoires lesquels sont les plus mis en avant ? La réponse vient de la bouche de Marc Jacobs lui-même : « le défilé doit mettre en avant les sacs, c’est l’histoire de Vuitton qui anime le défilé » … que dire de plus ?!

L’univers de cette collection tire ses racines dans le voyage… d’un autre temps, un univers si cher à la maison. Sous les longs manteaux aux matières luxueuses, de longues jupes sur des pantalons cigarettes le tout surmonté d’immenses chapeaux. Les silhouettes forment des A, des épaules étroites et des hanches larges contrastent avec les porteurs des bagages aux looks strictes et droits. Le mélange des matières, des textures, des brocarts et autres jacquards se marient à merveille avec des pièces découpées comme au lazer.

Les sacs aux dimensions démesurées sont à la hauteur du voyage de notre vie. Les boîtes à chapeau, les vanity et les 48h reprennent les codes historiques de Vuitton avec les matières plus contemporaines. La traditionnelle toile canvas monogrammée se retrouve entrecoupée de crocodile, brodée de sequins sur couverture de laine, et le Speedy lui aussi se voit rajeunit avec une version plus moderne … une véritable révolution !

[slide]

Maquillage : Guido

Coiffeur : Pat McGrath

Production : La Mode en Images – KCD

Lumière : Steve Mackey

Musique : Philippe Glass

N’hésitez pas à vous inscrire à la NEWSLETTER du blog pour rester au courant de notre actualité

  • Excentriques et mystérieuses, ces tenues de voyageuses mettent surtout en avant la maroquinerie, pièce phare de la marque, très belle scénographie à travers ce voyage en locomotive !