Instant Search

5 expos à voir absolument en 2012

Pas le temps de dresser un bilan de cette très florissante année 2011. Projetons nous dans l’avenir pour découvrir ce que nous réserve la dernière année avant la fin du monde, alors profitons-en. 2012 sera incroyable, l’actualité se fera dans les musées avec notamment 5 expositions incontournables : Tim Burton, Degas, les Impressionnistes, Helmut Newton et Edward Hopper.

affiche de l'exposition à la cinémathèque de Paris en 2012 de Tim Burton

Tim Burton à la Cinémathèque

Du 07/03/2012 au 05/08/2012

Tim Burton est devenu incontournable, son univers si particulier a séduit dès son premier long métrage Pee Wee’s Big Adventure en 1985. Il n’est pas seulement cinéaste, il invente et crée des images oniriques, fantasmagoriques, celles que nous avions avant que l’âge adulte ne vienne tout balayer d’un revers de rationalisation. Les couleurs, l’architecture, les costumes, le maquillage, rien n’est laissé au hasard, Tim Burton est un magicien. Après le MOMA de New York c’est au tour de la cinémathèque de rendre hommage à celui qui a influencé une génération entière de cinéastes, de photographes et de graphistes. La Cinémathèque retrace le parcours de l’artiste avec ses premières créations d’adolescent, puis ses travaux d’étudiant de la CalArts, créée par Walt Disney ; sans oublier les coulisses de ses films les plus célèbres (story board, photo, dessins, maquettes, …).

51 Rue de Bercy  75012 Paris

RÉSERVEZ VOS BILLETS

célèbre toile impressionniste de Monet, les coquelicots

L’Impressionnisme et la mode

Du 25/09/2012 au 20/01/2013

Mais qu’est ce que l’impressionnisme si ce n’est l’ancêtre de la photographie de par son intérêt figuratif ?  Ce style vise l’instantané, il fige les moments du quotidien moderne, sans forcément y inscrire les détails, et pourtant la peinture au travers du regard de Claude Monet, Pierre Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille, rejoints par Camille Pissarro, Paul Cézanne et Armand Guillaumin nous transmet des informations sur une période (1860-1880) qui modifiera considérablement la mode telle que nous la connaissons.

1 Rue de la Legion d’honneur, 75007 Paris

RÉSERVEZ VOS BILLETS

edgar degas dessin de femme nue

Edgar Degas et le Nu

Du 13/03/2012 au 01/07/2012

Impressionnisme toujours avec Edgard Degas, un des Refusés de l’époque. Les nus sont monnaie courante à cette période, mais la représentation de la nudité féminine dans un contexte contemporain choque, à tel point que les peintres se verront refuser l’accès au Salon de Paris, institution majeure de la peinture de cette époque (créé en 1737). Les violentes critiques amèront Napoléon III a créer le Salon des Refusés, permettant ainsi aux peintres d’exposer leurs nus aux regards de spectateurs amusés et néanmoins choqués. Cette exposition est la première monographie réservée à Degas depuis 1988, année à laquelle ses œuvres trônaient fièrement au Grand Palais. Les nus, comme les danseuses et les chevaux, ont pris une grande place de la vie artistique du peintre, le musée d’Orsay explorera ainsi le travail pictural, l’évolution de sa technique au cours de sa carrière, et la transversalité de son art (peinture, sculpture, dessin, estampe), avec un accent tout particulier posé sur le pastel qu’il éleva à son plus haut niveau.

RÉSERVEZ VOS BILLETS

Helmut Newton au Grand Palais

Du 24/03/2012 au 17/06/2012

De mémoire, je crois que nul photographe n’a jamais su égaler l’œuvre d’Helmut Newton. Photographe de talent, sachant magnifier le nu, vaporiser l’érotisme, il a marqué son époque. Sulfureux et parfois choquant Helmut Newton a longtemps gravité autour de l’origine du monde. Tel un sociologue il se faisait la parole des moments silencieux, le scribe d’une société volubile tournoyant au cœur des péchés capitaux. Ainsi il mit en scène une vision personnelle, quoique d’objective de la mode, du luxe, de l’argent et du pouvoir. Depuis la mort du photographe en 2004 c’est la première fois que ses photos retrouvent le chemin de la lumière. Le Grand Palais comme écrin, ce ne sont pas moins de 200 photos qui seront exposées, quasi exclusivement des tirages originaux ou vintage réalisés sous le contrôle d’Helmut Newton : polaroids, tirages de travail de divers formats, œuvres monumentales, seront là sous nos yeux ébahis. Mais ce n’est pas tout, cette exposition sera placée sous le signe de l’exhaustivité avec des archives de presse et sera enrichie du film réalisé par June Newton, épouse du photographe pendant soixante ans et elle-même photographe : Helmut by June. Helmut donna son art à la Femme, toujours au centre de sa démarche, il la sublima sans jamais l’objectiser, la figea sans la réduire, à tel point que le photographe publiera un livre au titre évocateur « un monde sans homme » … Je ne vous en dis pas plus, le plus délicat sera d’attendre Mars pour profiter de ce joyau.

Galeries nationales du Grand Palais
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

Edward Hopper au Grand Palais

Du 10/10/2012 au  28/01/2013

Je suis un grand admirateur des œuvres de Hopper, c’est donc avec une fébrilité adolescente que je vous annonce la rétrospective des peintres au Grand Palais en octobre prochain. Nous avons tous en mémoire une de ses toiles, comme un souvenir d’un voyage idyllique dans une amérique fantasmée. Ces toiles ont toujours données lieu à de multiples interprétations, ainsi Edward Hopper fut taxé de romantique, réaliste, symboliste, et même formaliste, ce fut symptomatique de sa complexité et de la richesse de son art.  «Conçue chronologiquement, elle se compose de deux grandes parties ; la première consacrée aux années de formation (de 1900 à 1924), rapproche les œuvres de Hopper de celles de ses contemporains, de celles, découvertes à Paris, qui ont pu l’inspirer. La seconde partie de l’exposition est vouée à l’art de la maturité, des
premières peintures emblématiques de son style personnel – House by the Railroad – (1924), à ses œuvres ultimes (Two Comedians -1966)
». Edward Hopper et son réalisme lui ouvrit les portes des plus prestigieux musées américains :  Whitney Museum of art, le MOMA. Très éloigné de l’abstrait, Hopper reprend les codes picturaux des impressionnistes en y ajoutant ses valeurs et son histoire. Il affirme un style personnel en peignant des vues aux couleurs sombres, brunes et tranchées, en s’éloignant alternativement de la représentation humaine il développa sa particularité reconnaissable entre toutes : la représentation quasi photographique des éléments. Il scénarise peu à peu les relations psychologiques de ses personnages et accentue progressivevement la frontière entre espace intérieur et espace extérieur par des lignes fortes. Les œuvres de Hopper sont si riches qu’elles ne peuvent se décrire en quelques lignes, chacun y plonge avec son histoire et la projection de ses fantasmes, là est toute la complexité de son art …

Galeries nationales du Grand Palais
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

  • Papoune

    Ben, et la photo du dimanche?
    Bonne et heureuse année à vous, nous vous souhaitons plein de merveilleux reportages comme l’an passé.

  • oh, l’expo Helmut Newton me fait de l’oeil !