Instant Search

Twingo présidentielle by Castelbajac

Pour nous tout n’est que prétexte à parler de mode, je prends pour exemple le florissant, génialissime créateur Jean Charles de Castelbajac. Alors que certains le connaissent pour ses inventions empreintes de pop-culture qui égaient les rues, d’autres pour ses tags innocemment insolents sur les murs parisiens, voire pour le co-branding avec lequel il s’adonne élégament, ou encore pour son art (celui qui trône fièrement et sans rougir au sein des galeries).

dessin de Jean Charles de Castelbajac 2011

Jean Charles de Castelbajac se veut sans frontières, libre comme peut l’être le fou n’ayant conscience de ses actes ou l’homme éclairé dont le seul luxe serait de n’avoir à se soucier que de ses propres aspirations. Quoi qu’il en soit, Jean Charles de Castelbajac remporte tous les suffrages avec ce pied de nez à la crise. Jouant de toute sa malice le créateur nous livre aujourd’hui LA voiture présidentielle, celle qui transportera au mieux les intérêts de notre nation ! Le tuning de cette Twingo est léché, un brin clinquant et follement royaliste.

twingo castelbajac

La « garde » robe noire mat est somptueuse, les pneus nous souffle un vent rétro avec leurs flans blancs, qui ne sont pas sans rappeler la Cadillac S&S Ambulance de SOS Fantômes… Sous son côté Pimp my Ride, la Twingo JCDC arbore fièrement les fanions tricolores eu égard à son rang. Son nom résonne de sa localisation : 55 FBG ! L’adresse du Palais Présidentiel de l’Elysée, un grand nom pour un grand destin.

twingo castelbajac

La crise frappe à nos portes, et alors ? Sous ses airs de diva austère et intouchable, la 55 FBG cache en elle des trésors insoupsonnés. L’ouverture de la portière vous en mettra plein les yeux : intérieur digne des plus beaux palais princiers, dorures et taffetas crème, avec une pointe d’inspiration « Liaisons dangereuses » comme le dit le créateur lui-même.

Au delà de la simple fonction conférée à son état,  JCDC a su faire pénétrer l’âme de la République dans seulement quelques mètres carrés. Les sièges ont été remplacés par des bergères Louis XV pourpres et une commode marquetée trône à la place du mort. Exit les éléments originaux de cette voiture du peuple, le créateur a misé sur du parquet façon « point de Hongrie », rien n’est trop beau !

twingo castelbajac

Je suis fasciné par cette capacité qu’à Castelbajac de se défaire des codes, de piétiner les valeurs de cette botte qui ne demande qu’à organiser une révolution (ou évolution) des moeurs. Faire coéxister l’image moderne extérieure du véhicule présidentielle et le coeur de notre République est un acte audacieux, ne serait ce que par le doigt pointé sur les valeurs parfois monarchiques dont notre société a bien du mal à se détacher. Une inspiration que le créateur a tiré d’un souvenir d’enfance où il vit le président arriver dans une voiture « noire tricolore »…

Mais encore au-delà du choc politique et presque historique, je suis touché par l’aisance de cet homme, il est de ces artistes qui savent, de ces artistes qui s’affranchissent des supports pour laisser libre cours à leur pensée imaginatoire. Que j’aime cette liberté, et quid des bien pensants qui du haut de leur savoir trop peu malmené jugeront du pouce le droit de vie ou de mort de ce véhicule, ultime descendant de son espèce.

La Clio presidentiel relooke par Jean Charles de Castelbajac. Atelier a Fontenay sous Bois

Pour citer JCDC :  « Enfant, j’étais impressionné par les images du général de Gaulle dans sa DS noire. À l’époque, on regardait le chef de l’État comme un monarque. Sa voiture était un vrai carrosse« , « À travers ce projet symbolique et ironique, je voulais faire de cette auto accessible et humaine une voiture d’exception, la sacraliser« .

Dans son aventure qui tient au délire de perfection, JCDC a même réfléchi à l’habillage sonore de cette 55 FBG : quoi de plus normal que de se laisser bercer par les notes de « La Marseillaise » entonnée par les Coeurs de l’Armée Rouge !

Si vous aussi vous voulez pénétrer l’univers de Jean Charles de Castelbajac, la Twingo présidentielle qui est une pièce unique, sera exposée à l’Atelier Renault, du 21 décembre au 15 janvier. Au 53, avenue des Champs-Elysées, Paris 8e.

PS : que j’aurais aimé que Citroen prenne les devants dans ce projet … et si oui un mot un dernier, BRAVO Mr De Castelbajac

  • Hey beh ! Fallait oser … mais malgré tout, madame et moi n’aimons pas ^^

    • oui il fallait oser ! Après le résultat tient plus du pied de nez que de l’esthétisme pure … quoique j’imagine bien un Confession Intime avec la 55 FBG 😉