Instant Search

L’histoire de la mode : Paul Poiret

L’histoire de la mode, épisode III. Nous sommes au début du siècle,  Paul Poiret quitte la maison de couture de Charles Frederick Worth pour se lancer dans l’aventure de la couture. Tout s’enchaîne très vite pour celui qui commença chez Doucet : il ouvre en 1903 sa maison de couture avec comme ambassadrice Gabrielle-Charlotte Réju (alias Réjane), jeune actrice sous les feux de la rampe. L’effet est immédiat : Paris se l’arrache !

Il a alors l’idée ingénieuse de retirer le corset des robes des femmes, puis de simplifier les froufrous et apparats : exit les dentelles et les postiches. Ses coupes très contemporaines font scandale, la simplicité de son style et la mise en valeur de la poitrine des demoiselles choquent : la révolution de la silhouette Belle Epoque est en marche.

Sa renommée dépasse les frontières de la capitale pour atteindre les côtes américaines, son surnom « the king of fashion » fera le tour du monde, si bien que les copies des ses créations s’arrachent sous le manteau.

Le style Paul Poiret est singulier : les épaules deviennent désormais le point d’appui de la silhouette qui libère la taille, il déplace la ceinture sous la poitrine marquant davantage la féminité, il laisse de côté les techniques de ses maîtres et écarte les pièces à manches trop construites. Cette simplification du trait qui est certes sa particularité pouvait alors se retrouver chez Vionnet.

Sa signature ? L’art du drapé emprunté à la tunique grecque autant qu’au kimono cocon ou aux caftans d’Afrique du Nord. L‘orientalisme, en vogue à cette période, est une marque typique des inspirations de Paul Poiret, qui oscille entre les ballets russes et les Mille et Une Nuit.

Mais n’oublions pas que Poiret fut le fer de lance du style Art déco et celui qui démocratisa le turban orné d’une aigrette que sa femme arborait fièrement aux folles soirées parisiennes. Fort de sa grande réputation, il invente les produits dérivés (Parfums de Rosine ainsi que la ligne pour la maison Martine), son aura inonde le Tout-Paris et l’intelligentsia n’a d’yeux que pour lui : Constantin Brancusi, Robert Delaunay, André Derain, Kees Van Dongen, Raoul Dufy avec qui il lance des imprimés audacieux, Marie Laurencin, Henri Matisse, Picabia ou Picasso …

Ses innovations ne s’arrêtent pas là, ses dernier faits en date resteront dans les annales : il décide de moderniser la jupe et lance la jupe-culotte et la jupe entravée, et cette audace lui vaudra un nouveau scandale.

La fin de la Première Guerre Mondiale commence à faire souffrir les florissantes affaires de la maison Poiret, le style ne correspond plus à la demande plus utilitaire des femmes. La crise de 1929 aura raison de ses ardeurs et coulera définitivement sa maison de couture. Il continua d’innover et inventa la gaine souple qui aujourd’hui encore permet aux femmes de garder une silhouette délicate. L’histoire de la mode n’est pas toujours faite de faste et de bonheur car Paul Poiret mourra en 1944 seul et pauvre.

  • je n’ai pas aimé… j’ai adoré !!! tu pourrais faire un Poiret convaincant au cinéma, y a comme une ressemblance… les kilos en moins …