Instant Search

Serge Lutens, Le Parfumeur

Mais qui est donc Serge Lutens ? Un homme complexe à l’histoire poétique sûrement, ou peut être l’inverse. Il fut coiffeur, par obligation, mais son style s’impose rapidement : cheveux plats coupés au carré, nuques rasées. Nous sommes alors dans les années 50 et Serge Lutens fait figure d’excentrique, rassemblant autour de lui les femmes les plus à la page, suscitant déjà les critiques des conformistes mais aussi une admiration passionnée. Dans la foulée, il devient photographe chez Vogue, puis tour à tour maquilleur, styliste, … sans formation Serge Lutens travaille avec passion et conviction. Un seul point d’honneur dans toute son oeuvre : être amené à magnifier la beauté de la femme.

parfum serge lutens

En 1967, la maison Dior lui demande de créer une ligne de maquillage. Il libère ainsi les couleurs et s’attire les passions des plus grands : la célèbre Diana Vreeland titrera d’ailleurs dans Vogue USA “Serge Lutens : Revolution of Make-Up!”. Grand érudit, il dévore ce qui l’entoure, faisant de ses sens de véritables détecteurs.

parfum serge lutens

parfum serge lutens

Fort de ses expériences, il entreprend un parcours initiatique sur les routes du Maroc puis du Japon. Deux pays inspirationnels pour Serge Lutens : le Maroc pour ses couleurs et ses parfums de bois et d’épices, le Japon pour ses codes et ses raffinements.

Il travaillera pour Shiseido où il élaborera l’identité visuelle de la marque, lui permettant de toucher un public européen. En 1981 verra le jour « Nombre Noir« , un parfum, un tout premier qui incarnera les codes des années 90. Petite particularité, la typographie utilisée pour le flacon restera celle de sa propre marque jusqu’à ce jour.

Dès 1992, il voit sous les arcades des jardins du Palais Royal un écrin parfait pour Shiseido. Il se lance alors dans la conception unique d’un lieu à son image, gorgé de ses valeurs, empreint d’onirisme et d’astrologie. Ainsi naissent “Les Salons du Palais Royal”. Cette même année signe le premier parfum boisé pour femme « féminité du bois », reconnaissable entre tous, original et créatif, ce parfum ouvre le bal.

En 1993 il accouche d' »Ambre Sultan« , parfum au caractère fort, capiteux, enveloppant, gourmand et terriblement sauvage. Ce parfum me rappelle les senteurs des ateliers de Stéphane Rolland, des senteurs d’ambre gris, l’accord ambré se fond dans un cœur d’épices et d’aromates : un délice, ma madeleine de Proust à moi.

parfum serge lutens

parfum serge lutens

Serge Lutens conçoit les parfums de manières unisexe, il abolit les frontières du genre. Créateur de parfum de luxe, sa démarche tendra vers le minimalisme. Ne cherchez pas de notes de coeur, de fond ou de tête. Ses parfums n’ont qu’une seule et unique note. Là où certains parfumeurs utilisent jusqu’à 200 ingrédients, Serge Lutens et son nez (Christopher Sheldrake) n’en sélectionnent que 20, il n’y a donc pas de pyramide olfactive.

Certaines créations prennent jusqu’à 10 ans de réflexion : le luxe de l’attente et du produit parfait, l’EAU est un exemple idéal de l’éloge du temps qui passe. Serge Lutens est derrière le produit tel un gardien veillant à la bonne manoeuvre, le flacon, la photographie, le visuel de la collection … 3 nouveaux parfums sortent chaque année des laboratoires de la maison Lutens.

parfum serge lutens

parfum serge lutens

parfum serge lutens

Je ne peux que vous conseiller de pousser les portes des Salons de Palais Royal pour vous emplir d’incroyables senteurs, de bénéficier de conseils cosmétiques (une autre facette de la maison Serge Lutens), de vous émerveiller devant une encre à lèvres, et bien entendu de vous ébahir devant ce lieu chargé de sens.

parfum serge lutens

parfum serge lutens

La découverte de l’univers de Serge Lutens fait partie des grands moments de ce blog, un moment d’émotion, d’histoire et de passion. Un immense merci à Serge Lutens et Sandrine Laurent.

parfum serge lutens

  • Que de jolis flacons ! Pour ma part je connais surtout Serge Lutens pour les parfums vendus chez Sephora. J’aime beaucoup « Fleur d’Oranger » (ça sent bon le thé) mais le prix me freine beaucoup ! Je préfère du coup aller chez Guerlain en fait 🙂

    • « Fleur d’Oranger » me fait à chaque fois retomber en enfance … Je dois avouer que le prix m’importe peu quand il s’agit de qualité, et porter Lutens c’est aussi toucher du doigt l’excellence à la française 😉

  • Audrey V

    Je viens du blog de ta complice The Brunette et je dois dire que ton article est superbe! çà donne envie d’y aller et de sentir. C’est génial ce que les blogs permettent de découvrir!
    Merci.

    • Merci, ravi que ça te plaise. Je t’invite à pousser les portes du salon du Palais Royal, les vendeuses sont passionnantes et toujours prêtes à faire découvrir l’univers et les senteurs de Serge Lutens. N’hésite pas à revenir 😉