Instant Search

Stéphane Rolland en argentique

En janvier dernier, j’ai eu la chance de me rendre dans les coulisses du défilé de Stéphane Rolland. Comme vous le savez depuis que nous avons rencontré le couturier il y a 1 an maintenant, nous ne nous lassons pas de vous montrer ô combien ses créations sont exceptionnelles.

Pour cette occasion, je me suis lancé un défi : couvrir les backstages avec un argentique. Pour les plus jeunes, l’argentique est l’ancêtre du numérique, une simple pellicule qui imprime la lumière captée, le principe même de la photographie.

Chargé de mon énorme numérique et de mon minuscule argentique, j’ai arpenté les allées de la salle de maquillage et de coiffure. C’est ici que je me sens le mieux, au plus près des modèles, où je peux sentir leur ennui, leur agacement, leur tristesse. Pour reprendre les mots de Robert Capa « si ta photo n’est pas assez bonne c’est que tu es trop loin » : c’est exactement ce qui résonne en moi en ce moment, je veux être au plus près de celle à qui je dérobe l’image.

Avec l’argentique réside un problème de temporalité, il est impossible de savoir si votre photo est réussie, vous devez vous faire confiance et accepter de rater des clichés au risque de n’avoir comme souvenir que l’intention du moment passé.

J’ai donc appuyer 36 fois sur le déclencheur, fébrilement, esquissant un sourire gêné de ne pouvoir montrer aux mannequins le résultat immédiat. Sorti de mon enfer personnel, une fois le défilé terminé, je n’ai eu qu’une seule hâte : cacher cette fichue pellicule ! Ne jamais voir l’étendue de mon échec. Je préfère le fantasme d’une réussite au rugueux contact de l’échec.

Mais vint un jour où l’évidence devient omniprésente voire insoutenable : il me faut développer et enfin assumer. Je file donc chez Négatif +, dépose mon sac de pellicule et m’entends dire « Revenez demain pour vos photos ». Quoi demain ? Pas dans une semaine, c’est trop court, je ne suis pas prêt ! Mon angoisse monte d’un cran. 24h plus tard je pousse la porte de la rue Lafayette, paye mon dû (c’est tout de même très cher tout ça) et pose le tout sur le siège de mon scooter.

Je crois que mon âme d’enfant est passée aux commandes le temps d’ouvrir cet ultime cadeau de Noël. Les photos en grande majorité sont nettes, le contraste est saisissant, les noirs sont profonds et les blancs intenses. Les émotions sont plus fortes en argentique, comme si l’intention de la photo parfaite s’imprimait sur la pellicule, comme si mes craintes avaient sublimé mes photos… !

Et dire que j’ai délaissé la photo argentique pendant presque 10 ans ! Je pense que le chemin old school sera le mien dans les mois à venir… Qu’en pensez vous ?


  • Bonjour,
    Je ne pensais pas qu’ un argentique pouvait faire de si belles photos. Je vais sans doute essayer cela 🙂 En pensant à votre citation « Je préfère le fantasme d’une réussite au rugueux contact de l’échec. » 🙂 Bonne continuation

    • le choix d’une bonne pellicule, un bon objectif et un sujet qui s’y prête, voilà une recette parfaite. Merci pour ton commentaire Annemw

  • Magique !!! Je sais bien que l’argentique est une merveille que les nouvelles générations redécouvriront !!! Merci pour ces belles images sur ces merveilles. J’ai tweeté pour le plaisir ! Continues !!!!

    • Merci pour tes encouragements 😉

  • cataras

    J’aime beaucoup la 4, la 5 et dernière. Effectivement, ça donne envie de sortir les Ilford !

    • et de se remettre dans la chambre à la lumière inactinique … un compliment venant de toi ça me touche merci !

  • Elles sont magnifiques tes photos, un grand bravo !

    • je suis tout ému, merci Anne-Sotte

  • Le rendu est vraiment superbe, je ne pensais pas qu’un argentique pouvait donner d’aussi belles photos !! c’est un réel plaisir à regarder, merci

    • Je pense que tous mes backstages seront faits en argentique, je suis séduit par le rendu plus authentique. Merci Mademoiselle Audrey

  • Tes photos sont très, très belles ! Quel boîtier as-tu ?

    Si je peux te donner des conseils, en tant que grande adepte de l’argentique, la FNAC développe aussi bien (et aussi vite) que Négatif + et à des prix beaucoup, beaucoup moins cher. Ce que je fais également, c’est que je demande un développement seul avec un CD comme ça si je veux faire des tirages, je ne choisis que les photos qui me plaisent et je fais un tir groupé !

    • Merci Noémi.
      c’est un eos 300 sur lequel j’ai monté un 24-70 série L, une pellicule Kodak Tmax 400.
      J’ai préféré Nég + mais si tu me dis que les tirages de la fnac tiennent la route … Par contre j’ai choisi tirage en 8×10 + cd , le tout pour 13€ !
      Je testerai le labo central color rue Pergolese dans le 16e ou encore Imachrom rue de l’espérance dans le 13e (conseillé par Thibaut_Octave) , les prochaines pellicules iront dans 3 labos différents 😉
      La route est longue. Tes compliments me vont droit au coeur.

  • Ce sont de magnifiques photos
    J’avoue que cela doit être angoissant de connaitre le résultat qu’à la fin
    En tout cas c’est un tirage très réussi félicitation

    • Au delà d’une angoisse il y a le fantasme du cliché idéal et l’oubli des prises de vues … Merci du compliment, ça m’aide à avancer 😉

  • sofy from sxb

    ah l’argentique…, que d’émotions ! bravo pour ces très belles images. je les trouve très poétiques et les mannequins sont « humanisées » par le regard du photographe.

    • Merci mille fois, je suis ravi que tu aies vu cette humanisation …

  • Blog très sympa et post très chouette ! bises

    • Welcome Cuteredbow ! Ravi que ça te plaise 😉

  • Moi j’adore 🙂 personnellement, je trouve que le cadrage est toujours meilleur en argentique, on est obligés d’être plus prompts, de se faire plus confiance. Et si il y a des ratés, tant pis, on apprend plus vite qu’avec un numérique. Vivement d’autres séries comme ça !

    • c’est une vraie éloge de la lenteur , oui je plussoie sur la confiance en soi et je rajouterai l’humilité. Ravi que ça te plaise

  • C’est un peu comme écouter un vinyle quoi…

  • veronique

    tu as su capter l’élégance des collections Stéphane Rolland et le noir et blanc va bien à sa recherche du style qui reste au-delà des modes… intemporalité, apesanteur… bravo ! go ahead !