Instant Search

ArtParis édition 2011

Nous sommes fan d’art contemporain, même si depuis quelques temps nous écrivons moins sur ce sujet, nous gardons un oeil ouvert sur l’actualité et les événements majeurs.

En ce moment et jusqu’au 3 avril se tient au Grand Palais la plus grande réunion de galeries internationales d’art contemporain, d’art moderne et de design. Chaque année nous suivons de près ArtParis, à la recherche de nouveaux artistes, coups de coeur, de vibration artistique…

Une fois de plus nous n’avons pas été surpris de retrouver les mêmes artistes que les années passées. ArtParis présente le meilleur de l’Art il est vrai, mais je dois avouer qu’il manque une chose essentielle depuis 2 ans : la passion.

Dès l’entrée, sous la Nef du Grand Palais le ton est donné, de l’Art à profusion, du grand Art et surtout de l’argent. Car pour reprendre les mots d’un visiteur « nous sommes de grands collectionneurs-investisseurs » : où sont donc passés les amateurs, les amoureux, les artistes eux mêmes ?! Ce qui me renvoie à la notion de l’Art mercantile : l’Art est-il fait par de pauvres artistes POUR de riches collectionneurs ? Les fourrures et les bijoux déambulent dans les allées, les éclats de rire, les « vous êtes génial » ou encore « quel bel investissement ! » fusent et s’entrechoquent.

Nous sommes bien évidemment tombés sur nos sempiternelles galeries chéries, celles qui ont une âme, un amour véritable pour la création au delà de sa valeur de revente. Elles se font rares, vous pouvez me croire.

Voici le thème principal du travail de Philippe Pasqua : la mort dans ce qu’elle a de plus noble et joyeux. Stand D 1 galerie Laurent Strouk

Passez sur le stand de la Polka galerie (Stand C8) pour (re)découvrir le travail de William Klein, que nous n’avons plus besoin de présenter, mais aussi Ethan Levitas, Yves Marchand et Romain Meffre. Résolument tournée vers la photographie, la galerie met en avant des travaux simples et percutants, dont les personnages (qu’ils soient organiques ou non) ont une histoire à vous raconter si vous savez tendre l’oreille…

Que dire de cette claque de Matteo Negri exposé par la galerie 208 ? Un véritable hommage à la pop culture, à l’univers de nos années insouciantes. A seulement 29 ans, Negri laisse son esprit et son imagination envahir sa fantaisie, avec lui l’Art devient léger sans pour autant en oublier une pointe de sarcasme inhérente au passage à la vie d’adulte. Galerie 208 stand C 2

Acte 2 Galerie est une galerie chère à nos yeux, car elle présente des artistes tels que Peter Lindbergh, Albert Watson ou encore Rankin et ses fameux portraits … Retrouvez les sur le stand A0-B4

La galerie Rabouan Moussion fait figure d’ovni face à ses congénères. Depuis sa création elle a su présenter un Art différent, un art enfantin à double lecture. Toutes les oeuvres font d’abord sourire avant que la réflexion fasse son entrée pour décrypter les codes plus graves émanant de sujets sensibles tels que la guerre, l’argent ou le sexe. Nous avons biensûr un énorme coup de coeur pour Mary Sue et son univers édulcoré, gonflé à la naïveté et pourtant d’une rare profondeur. Nous n’oublierons pas de citer Kata Legrady et sa capacité de détourner les armes de guerre, le létal dédramatisé, la mort infantilisée, sujet qui n’a jamais été aussi brûlant qu’en ce moment. Galerie Rabouan Moussion stand B 16

Petit clin d’oeil à l’oeuvre d’un photographe que j’adore : Denis Darzacq et ses illustres « chutes » présent au stand A7 Galerie VU’.

N’oubliez pas de passer voir les photographies de Mary McCARTNEY et l’excellente galerie de l’instant (stand A1 )

ArtParis – Du 31/03 au 4/04

de 11h00 à 20h00, nocturne vendredi 1er avril (22h00)

PRIX : 20€

Pour ce prix très élevé je vous propose une alternative : poussez les portes des galeries parisiennes, elles sont gratuites, sont très amicales (enfin presque toutes) et avides de pouvoir vous guider et vous faire découvrir leurs artistes (mention spéciale pour la Galerie Rabouan Moussion) … maintenant à vous de voir. Pour 20€ vous pouvez aussi allez faire un musée et boire un verre en terrasse !

  • Ohh outain quelle horreur.
    Bon clairement les crânes colorés pour moi c’est du Ed Hardy, j’y arrive pas. Le reste… ça se discute. Mais pour moi une oeuvre doit provoquer une réaction viscérale, et là je vois majoritairement du bling bling et du cheap vendu à prix d’or
    J’avais été à la Force de l’Art, que j’avais trouvé très fourre tout mais qq oeuvres intéressantes. Là… ça me rappelle la FAC. Bof bof franchement

    • AH non, tu ne peux pas comparer EH au travail de P.Pasqua , reflet d’une réflexion sur la mort comme vision positive… Après je te rejoins sur la viscéralité artistique, l’art contemporain avant d’être intellectualisé doit se vivre avec le corps et se ressentir avec les émotions.

  • merci pour le résumé, pas le temps d’y aller ! je te tweete.

  • Vous pouvez trouver un article à propose de Art paris sur http://blog.paris3e.fr/post/2011/04/07/Art-Paris-just-art-afriques-magnin