Instant Search

Les vitrines d’Hollywood… du 08/09 au 03/10

Régulièrement les Galeries Lafayette innovent et exposent le talent d’artistes tels que :  Martin Parr, Laurent Grasso, …

Et cette fois, nous serons aux premières loges rien que pour vous. Nous assisterons au lever de rideau, interview, … de David Lynch.

Bien sûr, je serai équipé de mon tout nouveau Polaroid, prêt à tirer le portrait du Maître, nous lancerons ( si autorisation) photos et sons sur notre tumblr.

Leurs vitrines seront le siège des délires artistiques, oniriques, de grande qualité, les scènes ainsi créées mettant en relief tout le génie des maîtres et l’audace des Galeries Lafayette.

Cette année, l’invité d’honneur est donc David Lynch.

Petit rappel historique :  il est le père des chefs d’oeuvre suivant: Sailor et Lula , Elephant man , Dune , Blue Velvet , la série Twin Peaks , Mulholland Drive ou, pour le plus underground, Eraserhead.

Je me souviens de ma première rencontre avec le cinéma torturé de Lynch : Mulholland Drive. Un véritable bijou, bon ok, il faut le voir 2-3 fois avant de saisir les subtilités du scénario.. Puis j’ai tenté Dune : là je suis plus dubitatif sur le résultat…

Le maître de la bobine ne se contente pas d’exceller dans les salles obscures : il se montre un adversaire redoutable lorsqu’il tient son pinceau. Au coeur de son atelier parisien (celui de Picasso et Chagal), il peint son univers, empreint de rêve, d’angoisse : sa vision propre du monde.

La peinture s’est imposée à lui dès son enfance, où sa mère le faisait dessiner sur des tissus. C’est en 1967, alors qu’il s’exerce sur une toile devant la maison familiale, que le vent anime son tableau, « une véritable révélation » : il réalisera son premier court métrage peu de temps après.

Ses sources d’inspiration sont multiples, mais il se dégage deux thèmes majeurs : la mode et les femmes.

La mode : dès son enfance, il baigne dans le textile, il avoue aimer les différentes matières. Lors de son passage à la fondation Cartier, il rencontra Christian LOUBOUTIN, avec qui il confectionna une série de souliers mis en cage.

Les Femmes :   » J’invite à deviner, derrière la beauté plastique, la folie, la vulnérabilité. Il en naît un malaise. C’est ma façon de rendre hommage à la femme, de lui montrer que j’ai envie de la découvrir entièrement. Elle sera toujours ma principale source« , que dire de plus ?!

« J’ai toujours été fasciné par le spectacle des femmes devant les vitrines des grands magasins. En concevant les devantures des Galeries Lafayette, j’ai voulu montrer toutes les identités qui coexistent chez la femme du XXIème siècle. »

Il ne pouvait en être autrement, il investit donc les vitrines des galeries sur le thème Machines, Abstraction, Women et son exposition de lithographies I See Myself, qui s’accompagne de la diffusion de ses courts-métrages dans un véritable cinéma installé au premier étage du magasin Coupole, dans la galerie des galeries.

Vitrines « Machines-Abstraction-Women » et I See Myself, exposition de lithographies, Galeries Lafayette Haussmann, Paris (IXe).

Du 8 septembre au 3 octobre.

  • ça a l’air intéressant tout ça!! J’attends les photos alors!! ^^

  • Je vous souhaite une bonne soirée.
    Faut tout nous raconter après 🙂

  • Voici quelques vidéos et photos des vitrines de David Lynch aux Galeries Lafayette sur journaldesvitrines.com (et le reste de l’actualité des vitrines parisiennes):

    http://www.journaldesvitrines.com/culture/david-lynch-aux-galeries-lafayette/

  • nicolasinandoutblog

    merci stéphanie, je m’en vais de ce pas faire un tour sur ton site.