Instant Search

Tombées du camion…

©nicolas brulez

Dimanche dernier n’était pas comme les autres. De temps en temps, je laisse mon fidèle destrier prendre les commandes de notre parcours, il est le seul à savoir où nous allons, je ne fais qu’actionner les clignotants. C’est bizarre, j’en conviens, mais notre vie est un peu comme ça, étrange, improbable.

©nicolas brulez

Rue après rue, Il nous a conduit, là, dans un endroit que je n’avais pas fréquenté depuis 6 ans. Pour Mylène, ce fut une première.

Nous voilà arrivés aux Puces de Saint Ouen, wahou, c’est loin ça. Ce quartier a le charme du Paris d’après guerre, des petites maisonnettes délabrées, authentiques, le peuple dans son sens le plus noble se mèle aux bobos que nous sommes pour une formidable leçon de sociologie.

Après avoir écumé non pas les stands Hip Hop & Co, mais les vieux brocanteurs et bouquinistes, où je le rappelle aucune photo n’est autorisée (le bon vieux droit à l’image…), nous nous sommes rendu au Marché Vernaison.

Quelle belle surprise ! Un véritable labyrinthe de ruelles aux échoppes plus étranges les unes les autres, un calme incroyable, la douce chaleur de la fin de journée…

Et là une boutique, que dis-je, le show room du chineur, je sens mon reflex dans mon sac s’agiter, mon regard se mute en celui du chasseur observant sa proie, prêt à bondir. Un étalage d’objets, à première vue indéfinissables, une luminosité hors du commun, se dressent devant nous. Un simple regard, un sourire, Mylène comprend que je retombe en enfance, je vais être ingérable et elle a raison. Je n’arrête pas de shooter et je souris bêtement, je m’agite, j’aime ce lieu.

©nicolas brulez

Nous sommes dans la boutique « Tombées du camion » : «  Lots anciens et oubliés, Nombreux bijoux, perles, et accessoires de mode, Stocks exclusifs d’usines abandonnées, Séries industrielles, Fonds de merceries en abondance, Jouets manufacturés du siècle dernier, Matériel de laboratoire, Petits objets de culte à profusion, Stocks de fabricants et grossistes, Souvenirs des enseignes d’autrefois, Trésors artisanaux en quantité, Accumulations en tout genre, Gadgets historiques et traditionnels, Archéologie de l’enfance« .

©nicolas brulez

Que dire de plus ? Une équipe adorable, un sens inégalé du commerce et de l’accueil, une déco incroyable, un concept ingénieux…

Vous allez découvrir un univers surprenant, des mises en scènes drôles et dérangeantes, des objets vous rappelant votre enfance, des parts de vous même mises à nues, je vous avoue qu’une larme m’est venue lorsqu’elle m’a proposé d’utiliser la barre de pompier pour descendre de l’étage (le premier qui rit il est mort, hein ! )

Ils ont su récupérer et mettre en valeur les boutons de nos habits de bambins, les yeux de nos nounours et de nos poupées… Je vous laisse découvrir la sélection de photographies prises ce jour là.

©nicolas brulez

En plus de proposer des objets cultes introuvables, ils proposent des lampes d’atelier JIELDE made in France, comme celle sur laquelle vous baviez au vide grenier rue de Bretagne (si je vous ai vu ).

©nicolas brulezIls ont l’art de la récup‘ qui coule dans leurs veines.

Là vous n’avez plus aucune excuse, surtout qu’ils ont une boutique 17 rue Joseph de MAISTRE dans le 18 ° METRO Abesses.

©nicolas brulezIl n’y a qu’ici que vous pourrez trouver l’œil qui manque à votre peluche préférée.

Et comme j’avais décider de repartir avec un « petit » souvenir de cette découverte, j’ai craqué pour une de ces caisses :

©nicolas brulezAlors que j’ai failli en acheter une sur un vide grenier, celle-ci m’aura couté 15 euros, je n’ai donc pas pu refuser. Le seul problème fut le transport : je n’ai pas le compas dans l’oeil et à deux sur le scoot plus la belle boite, et bien nous étions un peu serrés…. Mylène a dû la tenir à bout de bras jusqu’à la maison, chapeau !

©nicolas brulezD’adorables perles pour de biens jolis colliers

©nicolas brulez

©nicolas brulez

©nicolas brulez

Voici la caisse à la maison, qui sert de rangement à nos nombreux magasines :

©nicolas brulez

Fini le suspens : direction le STAND 92, ALLEE 5, au MARCHE VERNAISON

Marché aux Puces de Paris Saint Ouen

Ouvert tous les jours jusqu’à 20h
Rue des Rosiers – 93400 Saint Ouen

Métro : porte de clignancourt

  • Manu

    belles images ! j’adore le côté bric-à-brac, ça donne bien envie d’y aller faire un tour .. merci pour l’adresse ! bisous (Mylène, biscottos d’acier 🙂 vous deviez être mignon trognons sur le scoot avec la caisse ;-))

    • c’était risible, en plus le quartier grouille de policiers, donc pour passer inaperçus ce fut difficile…Mylène en plus de tenir la caisse, m’indiquait la marge entre nous et les voitures, juste au cas où j’oublie que le scoot’ avait doublé de volume

  • Jeannot

    Excuse-moi Nick, je n’ai pas pu me retenir de rire. Je t’imaginais descendre le long de la barre de pompier. J’aurais aimé être là et te photographier. Pauvre Mylène qui doit avoir un bras plus grand que l’autre maintenant!
    Bises à tous les deux.